Agriculteur YouTubeur, Gaël veut rester connecté avec les consommateurs

durée de la vidéo : 00h02mn10s
À 36 ans, Gaël Blard affiche plus de 70 000 abonnés sur YouTube en racontant son quotidien à la ferme. ©FTV

À 36 ans, Gaël Blard, agriculteur dans la Drôme, est une véritable star sur internet. Avec plus de 70 000 abonnés sur sa chaîne YouTube, le trentenaire embarque le public au cœur de son métier. Rencontre.

"Je me sers de mes vidéos pour passer un message direct à mes abonnés, donc directement aux consommateurs. J'explique certains détails sur mon métier, sur les produits que l'on fait à la ferme. Là par exemple, je détaille la différence entre le blanchissage et le brossage de l'ail. Ça peut aider au moment de l'achat". Gaël Blard est un agriculteur 2.0, il partage son quotidien en toute simplicité et cartonne sur les réseaux sociaux.

Partager son expérience

Gaël cultive des légumes, des tournesols ou encore de l'ail bio. Il y a 11 ans, au moment de son installation, il se posait beaucoup de questions sur ces cultures. Alors, il est allé chercher sur internet. "Pour ces nouvelles cultures, j'ai cherché beaucoup d'informations sur les réseaux sociaux, et entre autres sur YouTube. Donc assez rapidement, une fois que j'ai réussi à maîtriser ces nouvelles cultures, j'ai voulu partager mon expérience" raconte-t-il.

Une fois aguerri, il lance sa chaîne en 2018 et très vite, les spectateurs sont au rendez-vous. Il compte désormais plus de 77 000 abonnés et ses films sur les coulisses de son métier sont vus des dizaines de milliers de fois. Gaël est aussi présent sur TikTok.

Et se faire connaître

Stéphane Pourtier s'est associé à Gaël en mai dernier. Ce dernier s'est pris au jeu et participe aux vidéos. 

On est souvent mal vu donc si on peut redonner une belle image de notre agriculture en France, autant qu'on en profite.

Stéphane Pourtier

agriculteur dans la Drôme

Entre deux récoltes, l'agriculteur monte lui-même avec dextérité ses vidéos sur son téléphone portable. Une activité chronophage qu'il ne fait pas pour l'argent.
"Ça représente quelques centaines d'euros par mois, mais c'est anecdotique. Moi, ça rentre en revenus sur l'exploitation. Donc là-dessus, il faut enlever la MSA, la TVA. Donc, au final, il ne reste plus grand-chose pour nous. Mais ça nous apporte surtout de la notoriété et des rencontres. On se fait connaître et ça, c'est hyper enrichissant" précise Gaël. 

Parmi ses dernières vidéos, la promotion du magasin en libre-service installé récemment sur la ferme. Un moyen direct et peu coûteux pour atteindre ses clients : cette vidéo a été vue près de 20 000 fois.