Cet article date de plus de 6 ans

Grenoble. Avec le logiciel Elqui, deux "étudiants-entrepreneurs" veulent concurrencer Dropbox et Google Drive

Deux jeunes Grenoblois lancent "Elqui", un logiciel de transfert de fichiers entre ordinateurs sécurisé, rapide et souple. Ils en font le pillier de leur entreprise, qu'ils ont créé en tant qu'étudiants-entrepreneurs, le nouveau statut pensé par le gouvernement accompagner les jeunes innovateurs.
Paul-Etienne et Thibault, tout juste diplômés, lancent leur logiciel et leur entreprise.
Paul-Etienne et Thibault, tout juste diplômés, lancent leur logiciel et leur entreprise. © France 3
​Thibault Friedrich et Paul-Etienne Richard sont deux jeunes "qui en veulent", comme dirait Georges Weil, le directeur du PEPITE "oZer", la structure qui aide les jeunes créateurs d'entreprises à l'université Grenoble Alpes. Diplômés de l'école d'ingénieurs Ensimag cet été, les deux Grenoblois sont déjà en train de créer leur entreprise, et lanceront leur premier produit le 12 novembre.
durée de la vidéo: 01 min 48
Ils sont "Étudiants-entrepreneurs"

"Elqui"


Leur bébé : Elqui. Un logiciel qui permet de partager des documents sans limite de taille et sans passer par internet, entre collègues de bureau ou à la maison. S'intégrant totalement dans le système d'exploitation des ordinateurs, la fonctionnalité permet d'agir plus rapidement qu'avec un courriel ou une clé USB, et se veut totalement sécurisée, puisqu'aucune donnée ne s'en va sur le web

C'est d'ailleurs là le point essentiel, qui fait une différence avec les célèbres solutions comme Dropbox, Google Drive ou Skydrive. Ces logiciels  offrent un service de stockage et de partage de documents, mais en transitant sur les serveurs de grandes firmes américaines, qui peuvent être piratés. L'affaire des photos de stars nues récupérées sur les serveurs iCloud d'Apple l'a encore prouvé récemment.

A l'avenir, Thibault - qui a créé le programme - et Paul-Etienne comptent multiplier les fonctionnalités et/ou se développer sur tablette et smartphone.

"Étudiant-entrepreneur"


Bien que diplômés d'école d'ingénieurs et capables de développer leur logiciel sur le stricte plan technique, les deux entrepreneurs n'avaient pas toutes les compétences pour valoriser leur produit. De multiples questions se posent en effet à tout entrepreneur en herbe : quel est le marché ? Que veulent les utilisateurs potentiels ? Comment dois-je vendre mon produit ? Comment trouver des fonds ? Comment faire reconnaître administrativement mon entreprise et ma marque ?...

A l'Université Grenoble Alpes, le PEPITE oZer s'occupe précisément d'aiguiller les porteurs de projet. Elle porte un nouveau dispositif depuis la rentrée : le statut d'étudiant-entrepreneur. 9 projets ont été sélectionnés pour faire partie de la promotion. Ils sont portés par 11 jeunes de moins de 28 ans.

Accompagnement, cours adaptés et sécurité sociale étudiante


Pour tous, les intérêts sont multiples : ils gagnent l'accès à tous les services du PEPITE (information, réseau, visibilité), des cours d'entrepreneuriat ou liés à leur projet, deux coachs issus du monde de l'entreprise et de l'enseignement, et un diplôme.

Certains sont encore en formation : leur emploi du temps est adapté pour qu'ils puissent s'occuper de leur projet. D'autres n'étaient plus étudiants : ils le redeviennent - au prix d'une simple inscription à l'université - et obtiennent donc la sécurité sociale étudiante (c'est toujours bon à prendre financièrement parlant).

Pas étonnant, dès lors, que les porteurs de 10 nouveaux projets soient déjà candidats au statut d'étudiant-entrepreneur. A ce rythme, Grenoble pourrait fortement participer à la création de 20.000 entreprises en 4 ans, objectif national fixé par le gouvernement.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie éducation innovation