Annecy : une marche blanche organisée en hommage à la psychologue tuée d'un coup de fusil

Une marche blanche est prévue ce jeudi dans les rues d'Annecy pour rendre hommage à la jeune psychologue tuée d'un coup de fusil il y a moins d'un mois. L'un de ses patients, âgé de 75 ans, a reconnu les faits et a été mis en examen.

Une marche blanche est organisée ce jeudi à Annecy en hommage à la psychologue de 33 ans tuée d'un coup de fusil.
Une marche blanche est organisée ce jeudi à Annecy en hommage à la psychologue de 33 ans tuée d'un coup de fusil. © Marion Feutry / France 3 Alpes
Des bouquets de fleurs et une photo disposés devant le cabinet où exerçait Morgane Nauwelaers, la psychologue de 33 ans abattue d'un coup de fusil le 28 août. C'est d'ici, rue Carnot à Annecy, que partira la marche blanche organisée par ses proches jeudi 24 septembre.

Il y aura d'abord une minute de silence, puis le cortège s'élancera à 14 heures dans les rues piétonnes. Les participants prendront la direction des jardins de l'Europe où ils doivent arriver à 15h30. La famille de la victime et un groupe de psychologues de la région souhaitent lui rendre hommage à travers cette marche blanche, moins d'un mois après le drame qui avait suscité une vive émotion à Annecy.

 

Marche silencieuse et non revendicative


Certains arboreront une fleur blanche, comme un symbole. D'autres porteront le symbole "psi" sur leur masque "pour rappeler la lourdeur de nos paroles et de nos écrits", indique la Fédération française des psychologues et de psychologie sur sa page Facebook.
 
La marche sera silencieuse, sans revendication ni banderole, selon la volonté des organisateurs. Un moment d'hommage pour les proches et collègues de la jeune femme disparue. Morgane Nauwelaers était maman d'un enfant de 18 mois.

Un homme de 75 ans a été mis en examen pour "assassinat", il a reconnu être venu au cabinet de la victime pour lui faire peur mais a rejeté la préméditation. Rapidement arrêté, l'auteur présumé a été placé en détention provisoire dans l'attente de son procès. Il aurait tué la psychologue alors qu'elle s'apprêtait à le signaler à la justice pour des faits de nature sexuelle commis sur un mineur de moins de 15 ans dans le cadre familial.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
marche blanche faits divers hommage société justice