Brucellose en Haute-Savoie : le préfet prend un nouvel arrêté autorisant l'abattage des bouquetins positifs à la maladie

Publié le
Écrit par M.D.

Après la suspension d'un premier arrêté sur décision de justice, le préfet de la Haute-Savoie met en place de nouvelles mesures de lutte contre la brucellose dans le massif du Bargy. Seuls les bouquetins positifs à la maladie pourront désormais être abattus.

Le préfet de Haute-Savoie revoit sa copie. Le tribunal administratif de Grenoble a suspendu mercredi 18 mai un arrêté préfectoral autorisant jusqu'à 170 abattages de bouquetins de manière indiscriminée dans le massif du Bargy (Haute-Savoie) afin de lutter contre la brucellose. Les tirs de bouquetins étaient sur le point de reprendre alors qu'ils étaient suspendus depuis trois ans sur décision de justice.

Le préfet ne se prononce pas sur "un éventuel pourvoi en cassation devant le Conseil d’État" mais annonce l'entrée en vigueur d'un nouvel arrêté vendredi 20 mai. Ce texte autorise "les seules opérations de capture suivies de test et, pour les animaux qui se révéleraient positifs, d'euthanasie". Les opérations doivent reprendre dès le 23 mai.

Cette mesure s'impose, selon le préfet, comme un "élément essentiel de la lutte contre la brucellose dans les alpages (qui) permettra de garantir un niveau élevé de protection des alpages et des troupeaux domestiques qui s’y trouvent ou qui viendraient à s’y trouver." Contrairement à la première version de l'arrêté, les animaux devront donc être testés positifs à la brucellose avant d'être abattus.

Un numéro de téléphone dédié pour les alpagistes

Sept associations militant pour la protection de l'environnement avaient déposé un double recours juridique à l'encontre du précédent arrêté. Elles dénonçaient l'abattage massif de bouquetins dont on ignorait s'ils étaient porteurs de la brucellose ou non.

La mesure avait été mise en place par le préfet après la détection d'un cas de brucellose sur une vache d'un élevage à Saint-Laurent en novembre 2021, entraînant l'abattage des 235 bovins du cheptel.

Trois syndicats agricoles ont fait part de leur "colère" après la suspension de l'arrêté préfectoral. "La justice rendue méconnaît totalement la situation d’urgence sanitaire sur le massif du Bargy", avaient-ils estimé dans un communiqué.

Après concertation avec les représentants des professions agricoles et des associations de défense de l'environnement, décision a été prise d'acter ces nouvelles mesures. La préfecture précise qu'un numéro de téléphone dédié sera mis à la disposition des alpagistes pour qu'ils puissent informer les services de la direction départementale des territoires (DDT) de la présence de bouquetins à proximité de leurs aires de pâturage.