"Cher Laurent Wauquiez, ne viens pas t'occuper des piscines de Grenoble" : Eric Piolle défend l'autorisation du burkini

Publié le Mis à jour le
Écrit par Antoine Belhassen .

Après une mise en garde de Laurent Wauquiez, le maire de Grenoble, Eric Piolle, a défendu l'autorisation du burkini dans les piscines municipales, ce mardi 3 mai. Selon l'édile, la menace du président de la région de cesser toute subvention "ne fonctionne pas".

La passe d'armes continue entre Laurent Wauquiez et Eric Piolle. Après une "mise en garde" du président du conseil régional, le maire de Grenoble a défendu, ce mardi 3 mai, l'autorisation du burkini dans les piscines de la ville. Un dossier qui doit être présenté au conseil municipal du 16 mai prochain et qui agite la sphère politique locale.

Ce lundi, Laurent Wauquiez a menacé Eric Piolle de couper "toute subvention à la ville de Grenoble", si le port du burkini était officiellement autorisé. "Pas un centime des Auvergnats-Rhônalpins ne financera votre soumission à l'islamisme", a-t-il notamment écrit sur Twitter.

Pour l'édile isérois, cette menace ne "fonctionne pas" : "Les collectivités ne peuvent pas s'assujettir les unes aux autres pour des raisons politiques. Chacun fait ses choix. Nous avons été élus. Qu'il retourne à ses affaires, nous continuerons à avoir des relations institutionnelles normales", a-t-il déclaré, ce mardi.

"Cette menace ne fonctionne pas légalement, a-t-il insisté lors d'un point avec la presse. Vous ne pouvez pas faire des représailles comme ça pour un sujet qui n'a rien à voir avec vos missions."

Une autorisation défendue

Il lui a notamment été demandé s'il avait un message à faire passer au président de la région : "Cher Laurent Wauquiez, ne viens pas t'occuper des piscines de Grenoble. Si tu as envie de jouer en tordant la loi de 1905, va le faire dans les trains, dont tu es responsable. On verra ce que ça donne. Pour le reste, laissons l'égalité s'exprimer", a-t-il répondu.

Plus tôt dans la journée, Eric Piolle a réagi sur les réseaux sociaux. Pour lui, les motifs de Laurent Wauquiez "transpirent racisme, sexisme et mépris de la laïcité".

Selon lui, "il faut arrêter avec la 'Le Penisation' des esprits. Nous avons vu ce que Zemmour et Le Pen ont donné lors de la campagne. Si Laurent Wauquiez veut traiter de 'problèmes de voiles', qu'il s'en occupe dans ses TER et qu'il laisse vivre l'égalité dans les piscines grenobloises".

Le maire de Grenoble a ensuite défendu l'autorisation du burkini : "On enlève les interdits qui ont été introduits en 2012 et qui n'ont pas de sens. C'est tout. Ca autorise la façon dont vous voulez vous habiller. Vous voulez venir les seins nus, venez les seins nus. Vous voulez venir avec un maillot couvrant pour vous protéger du soleil ou pour une raison religieuse, vous pouvez le faire aussi. (...) L'accès à la piscine est un bien commun, dont nous avons de plus en plus besoin."

"La Région a le droit de choisir avec qui elle travaille"

"Ce qu'il (Eric Piolle) s'apprête à faire, c'est un acte grave par rapport aux valeurs de la République. Le burkini n'est pas un vêtement comme un autre, c'est un symbole de l'islam politique, un symbole de soumission de la femme", a réagi Laurent Wauquiez, ce mardi.

"Bien sûr que la Région peut réagir. (...) La Région a le droit de choisir avec qui elle travaille ou avec qui elle ne travaille plus. Un élu qui est, pour moi, en rupture avec la République, je ne peux plus continuer à travailler avec lui, comme si de rien n'était", a-t-il également déclaré, sans pour autant préciser quelles subventions pourraient être annulées.

Laurent Wauquiez, très offensif ces derniers mois sur la dénonciation de "l'islamo-gauchisme", avait déjà suspendu fin 2021 ses subventions au CCO de Villeurbanne pour avoir accueilli le "Lyon Antifa Fest", événement qui avait diffusé des messages hostiles aux forces de l'ordre, ainsi qu'à l'IEP de Grenoble après la suspension d'un enseignant accusé d'islamophobie.

Le Grenoble street art fest s'était aussi attiré les foudres du président de la région en janvier en raison d'une fresque représentant une femme voilée arborant une étoile jaune.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité