General Electric-Alstom à Grenoble : les élus communistes demandent l'audition du PDG à l'Assemblée

Publié le Mis à jour le

Le site grenoblois de General Electric Hydro, racheté par Alstom, est bloqué depuis le 4 octobre par ses salariés, inquiets de la suppression de 345 postes. Les élus communistes demandent à ce que le PDG soit auditionné à l'Assemblée nationale et que l'Etat prenne ses responsabilités.

Malgré la mobilisation des salariés, la direction du site grenoblois de GE Hydro-Alstom reste inflexible sur le plan social : 345 emplois seront bel et bien supprimés.





Soutien aux salariés d'EELV et du PCF

Depuis le début de la semaine, les politiques s'en sont mêlés. Arnaud Montebourg, d'abord, qui a interpellé le gouvernement, en lui demandant d'exercer son option d'achat de 20% du capital d'Alstom pour sauver le site. Il a aussi interpellé le ministre de l'Economie Bruno Lemaire sur de possibles poursuites pénales pour négligence du dossier, ce qu'il nie.





Les salariés grévistes de GE ont reçu le soutien d'EELV et du PCF. Et dans un communiqué, les élus communistes interpellent le gouvernement, lui demandant de "prendre ses responsabilités". Ils pointent aussi du doigt GE, qui s'était engagé, "en 2015, à créer 1000 emplois d'ici à 2018" lors du rachat.





"Silence injustifiable"

"Le silence du gouvernement est injustifiable", interpellent les élus communistes, "La filière hydroélectrique française doit être préservée". Ils demandent à l'Etat d'exercer son option d'achat et l'audition "dans les meilleurs délais" du PDG de GE Hydro "devant la Commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité