Rugby Pro D2 : "C'est un groupe qui a un gros mental", Aubin Hueber soulagé après la large victoire de Grenoble

Le FCG, aux prises avec d'importantes difficultés financières et sanctionné par la Ligue, a répondu sur le terrain en battant largement Provence Rugby, dauphin de Pro D2, ce jeudi, lors de la quinzième journée. Les joueurs grenoblois ont inscrit sept essais et décroché le bonus offensif, de quoi ravir leur manager.

Les joueurs du FCG auraient pu s'effondrer, accablés par une nouvelle sanction de six points au classement pour raisons financières, juste avant les fêtes de fin d'année. Le lendemain de l'annonce de la Ligue nationale de rugby, ils avaient d'ailleurs concédé une défaite à domicile face à Nevers (27-37).

Mais un vent de révolte a soufflé ce jeudi 4 janvier sur le stade des Alpes. Le groupe semble avoir amorcé un sursaut, c'est en tout cas ce que constate le manager de l'équipe grenobloise, au lendemain de la large victoire du FCG face à Provence Rugby lors de la 15ᵉ journée de championnat de Pro D2 (45-10).

"Ils ont réagi en champions, et c'est ça qui est important", commente Aubin Hueber. L'ancien demi de mêlée international du XV de France a remplacé Fabien Gengenbacher, parti au LOU, en début de saison.

Deux sanctions de six points

Il a écopé d'une situation délicate, car si les Grenoblois avaient terminé la saison 2022-2023 sur une place de finaliste de Pro D2 (finale perdue face à Oyonnax, monté en TOP 14), le club connaissait dans le même temps d'importantes turbulences financières.

Le FCG s'est battu en appel pour ne pas être rétrogradé en Nationale. Il a réussi à se maintenir en Pro D2 mais a commencé le championnat avec six points de sanction au compteur. Le 14 décembre, la Ligue décidait de lui soustraire à nouveau six points au classement.

Ainsi, malgré huit victoires et six défaites, les Grenoblois étaient 14ᵉ au classement avant la rencontre face à Provence Rugby.

Notre job à nous, c'est le terrain, c'est d'être performants à l'entraînement et lors des matches. Après c'est aux dirigeants et au président Goffi de faire le reste et d'essayer de récupérer ces six points.

Aubin Hueber

entraîneur du FCG

Laisser parler le terrain

"C'est ce que je leur ai dit : sportivement on est dans les six, après administrativement, on est quatorzièmes", raconte Aubin Hueber.

"C'est plus que frustrant pour nous en tant que coach et staff, alors imaginez-vous pour les joueurs sur le terrain qui donnent tout. Mais notre job à nous, c'est le terrain, c'est d'être performants à l'entraînement et lors des matches et après c'est aux dirigeants et au président Goffi de faire le reste et d'essayer de récupérer ces six points puisqu'il y a appel", estime le manager grenoblois.

Quoi qu'il en soit, les joueurs semblent prêts à continuer le combat sur le terrain. Ils ont inscrit un festival d'essais face aux Provençaux, pourtant deuxièmes de Pro D2. 

Sept essais et le bonus offensif

Les ailiers Wilfried Hulleu et Geoffrey Cros ont tous deux inscrit un doublé. Les Grenoblois ont également marqué deux essais d'avants grâce au pilier Zack Gauthier et au talonneur Mathis Sarragallet sur une combinaison en touche. L'arrière Julien Farnoux a su effacer la défense sur un crochet intérieur pour se projeter dans l'en-but. Au total, le FCG a ainsi marqué sept essais, de quoi obtenir les points supplémentaires du bonus offensif.

C'est un groupe qui a un gros mental, qui arrive à répondre présent dans des moments importants.

Aubin Hueber

entraîneur du FCG

"Le niveau de jeu, la qualité des joueurs et du groupe, elle est là. Ils l'ont démontré hier soir donc là-dessus, il n'y a aucune ambiguïté sur la capacité à faire du jeu, à être performants sur le terrain. C'est un groupe qui a un gros mental, qui arrive à répondre présent dans des moments importants", se félicite Aubin Hueber. 

"On a pris beaucoup de plaisir, les joueurs ont pris également beaucoup de plaisir, ils se sont payé de l'investissement depuis le début de la saison, on s'entraîne pour jouer et faire des matches comme ça, on sait que ce n'est pas tout le temps comme ça", continue l'entraîneur grenoblois qui sait que "la Pro D2 est un championnat très âpre".

Garder cet esprit de combat sur la durée

"On sait que la vérité d'un match n'est pas celle de l'autre derrière, donc il faut se remettre tout le temps en question. Les joueurs, normalement on aurait dû s'entraîner samedi matin, mais on leur a donné cette journée méritée pour qu'ils se régénèrent, pour qu'ils profitent un peu de la famille et on les retrouvera lundi matin", indique Aubin Hueber.

Avec 29 points, les rugbymen grenoblois sont remontés à la 11ᵉ place du classement. S'ils n'avaient pas 12 points de pénalité, ils seraient, ce vendredi, troisièmes de Pro D2, avant les autres rencontres.

Confronté aux départs annoncés de piliers de son effectif, le FCG devra confirmer cet esprit de reconquête dès la semaine prochaine à Montauban, puis face à Dax. Le club n'est qu'à la mi-temps de son championnat, dont la saison régulière s'achèvera le 17 mai prochain, sur le match retour face à Provence Rugby, à Aix-en-Provence.