Des soucis techniques de connexion perturbent sérieusement le paiement du stationnement automobile à Grenoble

Gratuit pendant toute la durée du confinement, le stationnement est de nouveau payant depuis le 11 mai. Les résidents ont en revanche jusqu'au 25, pour régler leur ticket, un vrai "parcours du combattant", car l'incendie de l'antenne-relais télécom du 18 mai a mis à mal le système informatique. 

Faute de pouvoir accéder au site, c'est au guichet que les automobilistes doivent faire la queue, ici rue Randon, au parking du Musée de Grenoble ce 22 mai
Faute de pouvoir accéder au site, c'est au guichet que les automobilistes doivent faire la queue, ici rue Randon, au parking du Musée de Grenoble ce 22 mai © I.G FTV Alpes
Lignes coupées, standard saturé, service concerné impossible à joindre, et site d'achat en ligne de la mairie "buggé"...pour les automobilistes, résidents notamment, s'acquitter de ses droits de stationnement pour son auto, dans son quartier, relève ces derniers jours d'un vrai "parcours du combattant".

Une des causes du problème : l'incendie de trois relais de télécommunication survenus à Seyssinet-Pariset, Jarrie et Herbeys en Isère le lundi 18 mai. Des abonnés de tous les opérateurs télécoms ont été impactés, dont ceux de la Ville de Grenoble. 

Afin de ne pas engorger les guichets, tous les justificatifs avaient poutant été prolongés de 6 mois, permettant a priori une acquisition directe, en priorité sur le site dédié, ou à l'horodateur.

C'était sans compter sur ces soucis techniques, qui ont totalement perturbé le système, et en ce grand week-end de l'Ascension, l'humeur n'était pas à la fête dans les files d'attente des usagers, venus pour la plupart chercher le précieux sésame à vélo, à pied ou en tramway.

A l'un des points de retrait de l'agglo, à l'entrée du parking du Musée de Grenoble, au 50 rue Randon, par exemple, ils étaient bien plus d'une dizaine dans l'après-midi à "ronger leur frein, sachant que le bureau, ouvert exceptionnelllement en ce jour férié, bouclait ses portes à 16 heures et que certains resteraient, forcément "sur le carreau" à la fermeture.

"Le problème, c'est aussi que tout le monde a attendu le dernier moment" s'agace un peu l'un des agents du guichet du contrôle du stationnement, qui prend toutefois le temps d'expliquer, en tâchant de garder son calme, que l'endommagement des antennes-relais a provoqué "un sacré désordre dans le système informatique".

Résultat, impossible d'utiliser le site, et de téléphoner pour s'informer. Sur place, l'affichage annonce la couleur. 
 
Les affiches annoncent la couleur : pas de connexion
Les affiches annoncent la couleur : pas de connexion © IG FTV Alpes

Les mesures sanitaires Covid 19 ne permettent pas non plus forcément d'accélérer le mouvement, même si l'on se dit que finalement, il permet peut-être dans ces circonstances de contenir les impatiences. Parcours de distanciation fléché au sol,un mètre entre chacun et une seule personne à la fois à l'intérieur.
 
Dans les locaux, le port du masque n'est pas obligatoire...mais plexiglas de rigueur, et gel à disposition
Dans les locaux, le port du masque n'est pas obligatoire...mais plexiglas de rigueur, et gel à disposition © I.G FTV Alpes


De toute façon, il n'y a qu'une personne derrière le guichet qui délivre les tickets.

Juste un instant, les esprits s'échauffent: une dame remonte et devance toute la queue, elle montre une carte prioritaire d'handicapée, une autre lui rétorque qu'elle aussi est pressée, qu'elle a rendez-vous chez le médecin...
Une femme devance la file, mais elle a... une carte prioritaire
Une femme devance la file, mais elle a... une carte prioritaire © I.G FTV Alpes

Un homme, lui, assure que cela fait trois fois qu'il a testé le site, en vain, et qu'il est déjà venu plusieurs fois attendre son tour, et a plusieurs fois fait "chou blanc".
Tous ou presque, ont pris soin de prendre leur masque
Tous ou presque, ont pris soin de prendre leur masque © I.G FTV Alpes


A l'intérieur, la démarche est réglée, en quelques minutes. L'une des responsables du service assure que les choses reviennent plus ou moins à la normale, enfin par intermittence, que certains usagers ont pu effectuer leur enregistrement via internet, au moins près d'une petite centaine dans la journée, et plus de 70 ont été reçues ce vendredi au guichet.
 
Un peu plus de 70 résidents ont pu régler ici ce vendredi leur stationement
Un peu plus de 70 résidents ont pu régler ici ce vendredi leur stationement © I.G FTV Alpes
 

Pas de verbalisation tant que les soucis techniques ne seront pas réglés

Jointe par téléphone, la Ville a assuré "qu'il n'y aurait pas de verbalisation tant que les soucis techniques ne seraient pas réglés, en tout cas pour les résidents. 

Elle précise sur son site que "suite aux incendies qui ont perturbé les réseaux téléphoniques, le paiement par carte bleue, et la délivrance de ticket gratuit 20 minutes sont momentanément indisponibles sur les horodateurs".

Les usagers de passage sont invités à régler en espèces, ou via l'application mobile Parknow.
 
Dysfonctionnements aussi, aux horodateurs
Dysfonctionnements aussi, aux horodateurs © I.G FTV Alpes

Lundi 25 mai, la date limite fixée à l'origine ne sera pas un couperet pour tous ceux qui n'auront pas pu effectuer à temps les démarches.
Les agents du contrôle du stationnement, qui utilisent ce même système pour verbaliser désormais, ne seront pas en mesure de transmettre des contraventions.
 
Pas de verbalisation, tant que les soucis techniques ne seront pas réglés.
Pas de verbalisation, tant que les soucis techniques ne seront pas réglés. © FTV Alpes

Ces dernières heures, les problèmes de connexion liées aux incendies sont en passe peu à peu de se régler. Depuis ce 22 mai, une liaison provisoire et temporaire permet par exemple aux téléspectateurs de retrouver leurs programmes régionaux sur tout le territoire, sur la TNT.
 

Seule certitude en revanche, les enlèvements de voitures pour stationnement gênant, eux, n'ont pas cessé...
La fourrière municipale, en revanche, est toujours en action
La fourrière municipale, en revanche, est toujours en action © I.G FTV Alpes








 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
circulation économie transports automobile coronavirus/covid-19 santé société déconfinement