Isère : près de 4.000 "teufeurs" rassemblés pour une rave party sur l'ancienne ZAD de Roybon

Depuis samedi soir, plus de 800 véhicules sont arrivés sur le site de l'ancienne ZAD de Roybon en Isère. Une rave party est en cours. Elle pourrait durer jusqu'à mardi.
Rave party à Roybon en Isère
Rave party à Roybon en Isère © France 3 Alpes

Les gendarmes ont constaté un flux inhabituel de voitures et de camions aux alentours de l'ancienne ZAD (Zone A Défendre) de Roybon dès hier soir. "Plus de 800 véhicules ont convergé vers la forêt domaniale de Chambarran au sud ouest de la commune" confirme la Préfecture de l'Isère. Ces "teufeurs" se sont donné rendez-vous sur les réseaux sociaux pour une rave party non autorisée. 

© Snapchat

Pour l'instant, les services de l'Etat ne communiquent pas de chiffre précis concernant le nombre de personnes présentes. "Le comptage est en cours" nous dit-on. Mais un journaliste de France 3 Alpes arrivé sur place estime qu'environ 4.000 personnes étaient présentes dimanche matin. Selon les organisateurs, la fête devait durer jusqu'à mardi.

Les gendarmes et une vingtaine de pompiers sont sur place pour assurer la sécurité. Toutes les voies d'accès du site sont bloquées par les forces de l'ordre. La préfecture précise que des contrôles seront effectuées et l'usage de stupéfiant ou le non respect des consignes sanitaires seront verbalisés.

"La nuit des meutes"

Cette free party s'inscrit dans un mouvement national : "la nuit des meutes". Un appel à "l'union résistante et festive contre la répression". Ce week-end du 31 juillet, une dizaine de fêtes sont ainsi organisées sur tout le territoire pour "dénoncer les violences policières" suite à la rave party de Redon en juin dernier. Un jeune homme avait eu la main arrachée lors d'une intervention des forces de l'ordre pour disperser la foule.

Ce n'est pas la première rave party sur le site. En octobre 2017, 2.000 teufeurs avaient pris possession d'un terrain privé pour faire la fête. Le propriétaire avait porté plainte.

Depuis, la ZAD, occupée pendant 6 ans par des opposants à la construction d'un village vacances Center Parcs a été évacuée. La communauté de communes de la Bièvre et la ville de Roybon ont ensuite racheté les terrains à Pierre et Vacances pour y développer un nouveau projet touristique.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers société environnement