Un loup a-t-il réellement attaqué un couple de randonneurs dans le parc national des Écrins ? (à priori non)

Un couple attribue son agression, dans la nuit du 17 et 18 septembre 2019, dans le parc national des Ecrins, à un loup. Une information à prendre avec prudence. / © MAXPPP
Un couple attribue son agression, dans la nuit du 17 et 18 septembre 2019, dans le parc national des Ecrins, à un loup. Une information à prendre avec prudence. / © MAXPPP

Deux randonneurs ont été agressés en pleine nuit, mi-septembre, lors d'un bivouac près du Lac de Faravel (Hautes-Alpes). S'ils attribuent l'attaque au loup, la piste est examinée avec prudence du côté du parc national des Ecrins. 

Par Elise Koutnouyan

Dans la nuit de mardi 17 à mercredi 18 septembre, un couple de randonneurs a été attaqué alors qu'ils bivouaquaient près du Lac de Faravel, dans la vallée de Freissinières, dans le parc national des Ecrins. Leur tente et une partie de leur sac à dos ont été violemment déchirés. Les marcheurs, affolés, sont redescendus en pleine nuit dans la vallée.

Le couple, familier de la région, attribue l'agression à un loup, selon le média D!CI qui révèle l'information. "Nous prenons le sujet au sérieux", nous confirme ce mardi par téléphone le service communication du Parc national des Ecrins. Une expertise est en cours en lien avec l'ONCFS (Office national de la Chasse et de la faune sauvage) "pour recueillir le maximum de détails sur les faits vécus" et "déterminer ce qui a pu se passer". Les randonneurs vont être entendus au cours de la semaine.
 

A priori, un renard agressif à l'origine de l'attaque


Pour autant, la piste du loup doit être prise avec prudence : 
 

Sur ce site, nous avons déjà eu un signalement, quelques jours plus tôt, d'un renard avec un comportement agressif envers des randonneurs en bivouac (tente déchirée, effets et notamment nourriture subtilisée), précise un communiqué du Parc des Ecrins
 

Un renard serait donc, a priori, responsable de l'attaque. Les résultats de l'expertise seront connus en fin de semaine. 
 

Aucune attaque de loup sur l'homme en France


Régulièrement, le débat sur la présence du prédateur ressurgit entre pro- et anti-. Ces derniers mois, plusieurs éleveurs et habitants isérois se sont plaints d'une recrudescence des attaques sur des troupeaux ou animaux sauvages. La raison : l'augmentation de la population des loups, qui a dépassé les 530 bêtes (contre 430 l'an dernier).
 

Mi-septembre, la préfecture d'Auvergne-Rhône-Alpes avait relevé le quota d'autorisation d'abattage du prédateur à 100, provoquant l'indignation de plusieurs organisations de défense des animaux.

En France, aucune attaque de loup sur l'homme n'a été signalée. De manière générale, les loups ont tendance à fuir les humains. Récemment, au Canada, une famille a été agressée par le prédateur dans le parc national de Banff - un phénomène rarissime. Les autorités ont imputé ce "comportement inhabituel" au "mauvais état" du loup en fin de vie.

Sur le même sujet

Affaire Tefal : l'inspectrice du travail Laura Pfeiffer de nouveau condamnée par la Cour d'appel de Lyon

Les + Lus