Régionales en Auvergne-Rhône-Alpes : Gerbert Rambaud, du parti "Debout la France", renonce à se présenter

Il est crédité de 3% d'intentions de vote dans le dernier sondage, publié par France3 Auvergne-Rhône-Alpes ce matin. Le candidat du parti de Nicolas Dupont-Aignan "Debout la France" abandonne et ne se présentera pas, en raison de la période sanitaire actuelle.

Gerbert Rambaud (Debout la France) annonce qu'il renonce à se présenter aux régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
Gerbert Rambaud (Debout la France) annonce qu'il renonce à se présenter aux régionales en Auvergne-Rhône-Alpes © France 3 Rhône-Alpes

Il n'y aura pas de candidat représentant le parti de Nicolas Dupont-Aignan "Debout la France" aux élections régionales en juin prochain en Auvergne-Rhône-Alpes. Son candidat désigné Gerbert Rambaud annonce en effet qu'il renonce à se présenter en raison des conditions sanitaires qui l'empêcheraient de "faire une vraie campagne sur le terrain".

"Ma décision est prise. Je ne déposerai pas de liste" confirme Gerbert Rambaud, leader du parti "Debout la France" en Auvergne-Rhône-Alpes. "Je trouve que, dans la période actuelle, on ne peut pas faire campagne. Les règles sanitaires qui nous sont imposées font que l'on ne peut pas rencontrer les électeurs. Nous sommes un petit mouvement. Notre campagne doit pouvoir se faire sur le terrain. On doit pouvoir rencontrer les militants, les adhérents, faire des réunions publiques." 

Déjà candidat la dernière fois

Gerbert Rambaud, déjà candidat en 2014, rappelle qu'il a "passé cinq mois à quadriller tous les départements de la région lors de la dernière campagne pour les régionales". Il comptait faire une vraie campagne "et m'appuyer sur le réseau que nous avons pour pouvoir rencontrer des électeurs. Mais là, vous ne pouvez pas organiser la moindre réunion publique. Même en juin, on ne sait pas si cela sera possible" déplore-t-il. Il refuse de faire campagne par les réseaux sociaux et autres logiciels de vidéo-conférence. 

Impossible d'aller sur un marché pour distribuer des tracts ou faire du porte-à-porte

"Nous avons pris la décision en accord avec Nicolas Dupont-Aignan, qui la partage" assure Gerbert Rambaud, qui précise que les décisions diffèrent en fonction des régions. "On avait les candidats, et on était prêts à déposer des listes. Mais je ne vois pas comment faire pour aller batre campagne par exemple dans le sud du Cantal avec des couvre-feux qui ne sont pas levés. Impossible d'aller sur un marché pour distribuer des tracts ou faire du porte-à-porte. Il y a des régions plus petites où cela est moins problématique." explique-t-il. 

Pourtant, les autres candidats font bien face au même problème. "Sauf que la plupart ont beaucoup plus de moyens. Ils sont installés dans le paysage politique. Quand vous êtes Laurent Wauquiez (LR) et que vous utilisez les moyens de la Région depuis 6 mois pour faire votre promotion, ça pèse forcément. Les autres candidats comme les Verts ou Lrem ont des moyens. On est sur un ring de boxe où je n'ai même pas les gants pour me battre. On n'est pas en capacité de faire une campagne raisonnable" détaille Gerbert Rambaud.

Laurent Wauquiez ne clarifie pas sa position vis à vis de Lrem, quoi qu'il en laisse paraître

Pour autant, le représentant du parti Debout la France n'appelle à soutenir aucun autre candidat pour le moment. "Vous connaissez les programmes des autres candidats ? Les Républicains et le Rassemblement national n'en ont pas publié. Et je n'appellerai pas à voter pour les écologistes ou les communistes" sourit-il. "Je ne peux pas prendre position. Laurent Wauquiez ne clarifie pas sa position vis à vis de Lrem, quoi qu'il en laisse paraître. Il joue sur l'ambiguïté, au cas où les Verts feraient un trop bon score, et qu'il ait besoin des électeurs d'En Marche au dernier moment."

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales politique élections région auvergne-rhône-alpes