Fausse maîtresse à Taponas, l'inspecteur d'académie du Rhône s'explique : "A ce stade, cette affaire ne porte préjudice à personne."

Publié le
Écrit par Arnaud Jacques .

Après avoir embauché une fausse institutrice qui n'en était pas à son coup d'essai, l'académie de Lyon doit s'expliquer. Son inspecteur affirme qu' " à ce stade, il n'y a pas de préjudice pour les enfants. "

Comment l'académie de Lyon a embauché une usurpatrice pour faire classe à des élèves de CP-CE1 de Taponas, dans le Beaujolais? C'est, entre autres, à cette épineuse question que devra répondre l'inspecteur ce vendredi soir à des parents médusés. D'autant plus que cette fausse enseignante avait tenté d'intégrer l'institut du professorat de Mâcon avec de faux documents, comme le révélaient nos confrères de France 3 Bourgogne le 22 septembre. L'université de Bourgogne a porté plainte, vient maintenant le tour de l'université de Lyon 1 et du rectorat de le faire.

Comment une personne récidiviste avec casier judiciaire peut arriver à l'école ?

une représentante des parents

Des représentante des parents d'élèves de Taponas, iront à la rencontre de l'inspecteur d'académie ce soir. Ils attendent  "une réponse sur comment une personne récidiviste avec casier judiciaire (l'usurpatrice, Samantha Avril, avait déjà exercé en tant que faux médecin en Saône-et-Loire en 2020) peut arriver à l'école. Si ça avait été constaté correctement, on en serait pas là".

Pour l'inspecteur d'académie du Rhône Philippe Carrière, qui "regrette" cette situation, la "supercherie" a été découverte lors de la réception du casier judiciaire. " Nous avons eu ensuite la connaissance de la falsification à l'université de Bourgogne en même temps que les parents." Depuis, la procédure de licenciement a été lancée.

Recrutée avant la vérification de son casier judicaire

La direction de l'académie devra s'interroger sur ses méthodes et savoir comment une personne a pu exercer avant la réception du bulletin B2 de son casier judiciaire. " On a eu une procédure un peu longue pour le B2, je le dis bien volontiers et derrière, il faut qu'on travaille " avoue l'inspecteur d'académie avant de relativiser: "A ce stade, cette affaire ne porte préjudice à personne, il n'y a pas de préjudice pour les enfants mais qui effectivement nécessitera de renforcer les procédures de vérification des casiers judiciaires."

Est-ce que vous pensez que sur toutes les pièces fournies par l'ensemble de nos concitoyens sur l'ensemble des procédures administratives, nous faisons une vérification de toutes les pièces qui nous sont fournies?

Philippe Carrière, inspecteur d'Académie du Rhône

Se pose alors la question de l'identification d'un usurpateur avec un casier judiciaire vierge et de faux diplôme. Le directeur d'académie est franc: " Est-ce que vous pensez que sur toutes les pièces fournies par l'ensemble de nos concitoyens sur l'ensemble des procédures administratives, nous faisons une vérification de toutes les pièces qui nous sont fournies? " demande Philippe Carrière qui cherche à tempérer cette affaire, " la personne a travaillé six jours dans les écoles, d'ailleurs il n'y a pas eu de comportement inadapté. Il n'y a eu aucun dépôt de plainte par les parents ni quoi que ce soit. C'était une enseignante comme les autres sauf qu'effectivement elle a falsifié des documents". Enseignants et parents d'élèves apprécieront.

1% de contractuels dans le Rhône, "Une Uberisation de l'école publique"

L'usurpatrice a été embauchée en tant que contractuelle. 1% des enseignants du Rhône sont sous ce type de contrat. Pour cette rentrée 2022, 9 nouveaux contractuels ont été recrutés dans le Rhône. une "Uberisation" de l'Ecole publique" selon le syndicat SNUDI-FO.

Son secrétaire général Frédéric Volle nous explique qu'au niveau national, " les recteurs multiplient les recours à des contractuels avec des jobs dating. Hors le recteur a la possibilité de piocher dans la liste d'attente des candidats aux concours qui ont un master de l'éducation mais pas le concours. Mais contrairement aux contractuels, ces candidats doivent être embaucher comme fonctionnaires, et ça coûte plus cher".

Si le rectorat de Lyon affirme que la part des contractuels n'a pas augmenté, Frédéric Volle nuance. " Il y a quelques années, il n'y avait pas de contractuels dans le 1er degré. Et le ministère indique que le nombre de contractuels a augmenté de 10%".

Selon le syndicat, dans le Rhône, " plusieurs dizaines de candidats aux concours de professeurs des écoles inscrits sur les listes complémentaires demandent à être recrutés sous statut pour pouvoir enseigner. Ils se sont rassemblés avec l’ensemble des organisations syndicales du département le 7 septembre devant le rectorat. Le recteur a refusé de les recruter car selon lui, « on ne manquait pas d’enseignants."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité