Beaujolais Nouveau : le pari d'Anaïs, une jeune viticultrice installée à Lantignié

Publié le
Écrit par D.M (avec O.Martin - France 2)

Rencontre avec Anaïs Pertuizet, une jeune productrice de 26 ans dans ses vignes à Lantignié. Elle vient de produire son premier vin : un Beaujolais nouveau, pour respecter la tradition.

Anaïs Pertuizet, une jeune productrice de 26 ans dans ses vignes à Lantignié. Elle s'est installée en avril dernier, au coeur du Beaujolais. Elle travaille la vigne de manière traditionnelle et même rustique. C'est la première fois qu'elle laboure sa parcelle avec un cheval de trait.

Elle n'est pas fille de viticulteur mais elle a franchi le pas car elle se passionne pour le vin. Elle a d'ailleurs entrepris des études d'œnologie. Son domaine s'étend aujourd'hui sur 2,5 hectares. Elle en a acheté la moitié et loue le reste des parcelles. 

"Actuellement dans le Beaujolais, le Beaujolais Village, il y a des fonciers qui sont accessibles pour des jeunes comme moi, qui partent de zéro," explique Anaïs Pertuizet. Elle a fait sa première vinification cette année, avec ses premiers vins. 

Sa première cuvée est un Beaujolais nouveau. Elle tenait à produire ce vin primeur pour respecter la tradition locale. "Quand on a notre vin dans la bouteille, avec notre nom, ça fait plaisir, ça veut dire que pendant un an je n'ai pas travaillé pour rien !" se réjouit Anaïs. Ce sont 800 bouteilles de Beaujolais nouveau qui sont étiquetées et mises en carton, sous le regard bienveillant de Gérard Genty, viticulteur à la retraite. La jeune femme n'ayant pas de caveau, ce dernier a mis à sa disposition le sien pour qu'elle produise ses premiers vins. 

"Elle est courageuse, mais surtout travailleuse et intelligente. C'est la relève du Beaujolais." constate Gérard Genty. 

Ces derniers jours, à l'approche du déblocage du Beaujolais nouveau, elle enchaîne les livraisons chez des cavistes. Et l'avis de ces professionnels est précieux pour la jeune viticultrice. Son vin est jugé "prometteur" par Arthur Faivre. "C'est prometteur, on nous avait annoncé un millésime assez gourmand et on y est!" constate le caviste en pleine dégustation. Pour Anaïs, l'heure est à la satisfaction : "de voir son vin dans les rayons et de voir des gens qui nous font confiance pour le commercialiser, et bien c'est une petite fierté et c'est un accomplissement". 

Le Beaujolais nouveau donne souvent un premier aperçu de ce que seront les prochaines cuvées. Les débuts d'Anaïs Pertuizet sont prometteurs. Elle produira cette année 3.000 bouteilles de Régnié, l'un des dix crus du Beaujolais.