Covid 19 et Crise sanitaire : Le beaujolais nouveau ne fait pas la fête en 2020

En raison de la crise du Coronavirus, la traditionnelle mise en perce aura lieu ce 17 novembre à Beaujeu en petit comité. Aucun événement festif n'a été autorisé par la préfecture. Alors la profession joue la carte des réseaux sociaux. Et invite les amateurs à découvrir ce vin jusqu'au printemps. 

Cette année, le beaujolais nouveau fera sa "promo" sur les réseaux sociaux et les amateurs sont invités à le découvrir jusqu'au printemps
Cette année, le beaujolais nouveau fera sa "promo" sur les réseaux sociaux et les amateurs sont invités à le découvrir jusqu'au printemps © France 3 Rhône-Alpes
« L’année a été extrêmement sèche », reconnaît d’emblée Dominique Piron, Président d’Inter-Beaujolais. Les récoltants ont donc logiquement abordé les vendanges avec un peu d’inquiétude. Finalement, ces dernières se sont bien passées. Et, de surcroît, aucun cluster lié à la Covid19 n’a été déploré. En ce qui concerne le climat, quelques petites pluies juste avant les vendanges ont même aidé à sauvegarder la fraicheur de la récolte, ce qui a permis de récolter une très belle qualité. « En terme de quantité, en revanche, on peut parler de petite récolte, notamment dans le sud du Beaujolais. Mais aujourd’hui, on a des vins qui ont de la couleur, de la matière, de la rondeur, soit un beau millésime».
 

Une mise en perce en catimini

 Il s’agit à présent de réussir la phase de communication et de distribution. Pas question de s’arrêter sur un qualificatif de goût particulier. Le Beaujolais doit plaire à tous... « Ces vins 2020 ont simplement une très belle couleur, qui tourne autour de fruits rouges et noirs. Et des tanins très ronds et soyeux. Ce sont des vins qui vont très bien se tenir, et qui, récoltés cette semaine ou la semaine prochaine, devraient être encore meilleurs au printemps prochain». Le message est clair : la grande fête du Beaujolais n’aura pas lieu, mais rien n’empêche le consommateur d’en stocker cet hiver. La profession, prise dans le filet de la crise sanitaire, a adapté son discours comme sa méthode de promotion. Tous les événements festifs habituels sont interdits, en France ou à l’étranger. Même la mise en perce, à Beaujeu, aura lieu ce 17 novembre en petit comité, le temps de tourner quelques images qui seront diffusées ensuite, notamment sur internet. Tous les budgets prévus initialement pour organiser ces événements ont été réorientés vers une communication sur les radios ou les réseaux sociaux. Les producteurs de Beaujolais veulent ainsi inviter les clients à aller voir leurs cavistes, ou à se rendre dans les grands magasins, afin d’acheter leur vin et le consommer à la maison. Avec ce constat rassurant : «Au printemps dernier, lors du premier confinement, les ventes de beaujolais ont plutôt pas mal marché».
 

Mettre du réseau dans son vin

Inter-beaujolais trouve une belle opportunité de compenser ces interdictions d’organiser des événements festifs autour de son produit par le développement d’un grand réseau social… de consommateurs. Comme l’explique Dominique Piron : «Aujourd’hui, malgré les fake news, et dans un contexte où les nouvelles ne sont pas franchement réjouissantes, on constate que les gens se lâchent un peu sur les réseaux sociaux. L’arrivée du beaujolais nouveau y déclenche pas mal d’humour et des idées. J’ai l’impression que nos distributeurs, comme nos clients, sont contents de vivre par ce biais –malgré tout- un événement sympathique cette semaine».
 

Une baisse des ventes à prévoir

 Stratégie efficace ? On connaîtra dans 8 à 15 jours les premiers résultats des ventes. Tout est fait pour que toute la production déjà mise en bouteille puisse se vendre. A priori, selon la profession, ces ventes devraient connaître une baisse d’environ 25% en France comme en export. Pour une raison simple : une partie de la chaine de vente est hors-jeu : les restaurants sont fermés, et les gros acheteurs ont logiquement joué la prudence. Il y aura donc forcément un peu de détresse économique, reconnaît Dominique Piron : «Certains vont vendre beaucoup moins, et cela les place dans une parfaite injustice. On va faire en sorte que la région n’en pâtisse pas trop, mais cela reste compliqué.»
Premier changement immédiat : une légère évolution de la sémantique. Désormais, le Beaujolais ne donne plus rendez-vous le 19 novembre, mais plutôt «à partir» de cette date…
 
 
Le beaujolais se diffuse sur le web
Les maisons et domaines du Beaujolais, les Bistrots Beaujolais et tous les ambassadeurs du vignoble invitent les amateurs à consulter le site web rendez-vous.beaujolais.com pour être au courant des événements qui seront organisés à l’occasion des Beaujolais Nouveaux. Portes-ouvertes, ateliers de dégustation, déjeuners et dîners au restaurant : ils découvriront sur la plateforme différentes occasions pour célébrer l’arrivée du nouveau millésime. En fonction de leurs préférences, il leur suffit de se rendre sur “Les Rendez-Vous Beaujolais” pour choisir leur événement. Nos ambassadeurs, cavistes, restaurateurs ou vignerons vous attendent sur la plateforme le 19 novembre mais pas que, car tout au long de l’année, les visiteurs retrouveront ici les événements dédiés au vignoble du Beaujolais, ici et ailleurs.

Depuis quand les Beaujolais Nouveaux existent ? Quel cépage les vignerons utilisent pour les élaborer ? Ils se déclinent seulement en rouge ? Comment on les élabore ? Le site www.beaujolaisnouveau.fr répond à toutes les questions que les amateurs se posent sur les vins primeurs de la région. Sur le site, les visiteurs retrouvent également des accords mets & vins et des conseils pour déguster les primeurs.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie fête du vin culture gastronomie vins beaujolais