Pollution aux particules fines : le niveau ALERTE sur Lyon, en vallée du Rhône, nord Isère et ouest de l'Ain

Le niveau Alerte aux particules fines a été franchi mercredi dans le bassin lyonnais, vallée du Rhône, nord Isère et ouest de l'Ain, a annoncé Air Rhône Alpes, organisme chargé de surveiller la qualité de l'air. Pour le bassin stéphanois et les pays de Savoie, le niveau Information est déclenché.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Sur le bassin lyonnais, la vallée du Rhône, le nord Isère et l'ouest de l'Ain, la concentration de particules dites PM 10 (diamètre inférieur à 10 microns) a dépassé mercredi le seuil d'alerte de 80 microgrammes par mètre cube, selon Air Rhône Alpes.

"Mercredi 11 mars, les conditions anticycloniques se maintiennent et resteront favorables à l'accumulation des particules dans l'atmosphère", indique l'organisme qui précise que "la zone touchée s'est agrandie depuis dimanche, début de l'épisode." Selon Air Rhône Alpes, le vent devrait se lever dans la journée mais "l'effet dispersif de la pollution devrait être contrebalancé par le fait que les masses d'air apportées sont déjà chargées en particules".

Selon Air Rhône-Alpes, le vent présent jeudi pourrait éventuellement apporter une légère diminution, qui "ne sera que temporaire puisque la situation devrait de nouveau se dégrader vendredi".


Les recommandations (niveau alerte) :

Les déplacements en véhicules automobiles, les transports routiers de transit et l’usage de tous engins à moteur thermique doivent être strictement limités.
Les usagers de la route doivent :
- privilégier, pour les trajets courts, les modes de déplacement non polluants (marche à pied et vélo) ;
- différer si possible les déplacements internes aux agglomérations ;
- pour leurs déplacements nécessaires, pratiquer si possible le co-voiturage ou emprunter les de transport en commun ;
- respecter une vitesse inférieure de 20 km/h par rapport à la vitesse maximale autorisée si cette dernière est supérieure à 70 km/h. Cette mesure obligatoire ne concerne pas les axes faisant l'objet d'un abaissement permanent de vitesses pour lutter contre la pollution de l'air. Les poids lourds et autocars ne se voient pas appliquer la même réduction de vitesse mais ne peuvent circuler à une vitesse supérieure à la vitesse maximale autorisée ainsi déterminée pour les véhicules légers.