Grève du 6 avril en Savoie : sept policiers blessés à Albertville dont trois hospitalisés, le préfet "condamne fermement les violences"

Sept policiers ont été blessés lors de la manifestation contre la réforme des retraites, jeudi, à Albertville, trois d'entre eux ont été conduits à l'hôpital. Ils auraient subi des jets de projectiles et de mortiers explosifs.

La situation se tend en Savoie. La manifestation contre la réforme des retraites a été émaillée de "violences" à l'encontre des forces de l'ordre et des pompiers jeudi 6 avril à Albertville. Sept policiers ont été blessés "à la suite de jets de pierres, de pétards et de mortiers explosifs" dont trois ont été hospitalisés, écrit le préfet dans un communiqué.

L'un des fonctionnaires est "dans un état préoccupant", a expliqué François Ravier auprès de France Bleu Pays de Savoie, ajoutant qu'un manifestant avait été "légèrement blessé" mais n'avait pas souhaité être secouru.

"Les forces de l’ordre et des pompiers ont fait l’objet d’attaques violentes et répétées", peut-on lire dans le même communiqué, faisant état de jets de projectiles et de dégradation de véhicules. Le préfet "condamne fermement les violences commises par une partie des personnes en marge des cortèges à l'itinéraire déclaré."

Des dégâts sur les routes

Une dizaine de personnes ont été interpellées à Albertville et Chambéry où une partie des manifestants se sont dirigés, jeudi après-midi, vers la voie rapide urbaine (VRU) qui a été fermée par arrêté préfectoral en raison de possibles débordements. Un radar a notamment été incendié.

"Les routes nationales et départementales ont aussi subi des dégâts importants", souligne encore la préfecture de la Savoie.

Les manifestations ont rassemblé 4 200 personnes à Chambéry, 1 500 à Albertville et 400 à Saint-Jean-de-Maurienne selon la police. Elles étaient 10 000 à Chambéry, 3 200 à Albertville, 1 000 à Saint-Jean-de-Maurienne d'après les syndicats.