REPLAY. « SOLS un nouvel horizon », une leçon de science et vie de la terre

Publié le Mis à jour le
Écrit par Françoise Boissonnat

On y enterre nos morts et nos déchets. On y marche dessus et on les pense éternels. Ce sont les sols qui, sous les effets combinés de l’urbanisation et de l’agriculture intensive, s’appauvrissent. Il y a urgence à les réparer. Des solutions existent. A découvrir dans « Sols un nouvel horizon ».

On les a épuisés pour construire plus, pour produire plus oubliant que 95% de notre alimentation vient d’eux, les sols. Plus de la moitié est aujourd’hui, malade, abîmée. Sous les feux croisés de l’expansion urbaine et de l’agriculture intensive, les sols fertiles, capables d’absorber l’eau de pluie, de supporter la sécheresse et de nous nourrir correctement, s’appauvrissent. Ils sont même de moins en moins nombreux et de moins en moins riches. Il y a donc urgence à agir.

Le film de Frédéric Denhez et Eric Wastiaux, tourné en Auvergne Rhône-Alpes et en Suisse, pose les enjeux de cette dégradation. Il y est question d’aménagement du territoire, d’alimentation, de biodiversité et surtout d’avenir.

Les hommes mettent une journée à détruire un sol qui s’est formé en plusieurs siècles

Mathias Girel, ingénieur environnement

Et des siècles il en aura fallu pour comprendre que l’on ne peut plus  dissocier le sol de l’humain. En droit par exemple, le sol n’existe pas en tant que tel mais selon ce qu’on en fait : une propriété, un outil de production, un espace à construire…sauf dans le code de l’environnement. En un demi-siècle l’Europe a bétonné, asphalté 7 millions d’hectares de terre, soit la surface de l’Irlande. C’est autant de terres agricoles en moins « La problématique est là, explique Mathias Girel ingénieur environnement. Les hommes mettent une journée à détruire un sol qui s’est formé en plusieurs siècles. Le sol est une ressource naturelle non renouvelable. Donc on doit absolument le protéger. C’est un préalable. On entre dans une nouvelle ère, celle de la réparation, de la renaturation des sols. Elle a débuté en Suisse et en France ».

Ainsi, en Suisse 400 000 hectares de terres cultivables sont réparties entre chaque canton avec interdiction de construire dessus. En France les initiatives se multiplient en ville et à la campagne. A Grenoble, on tente de rendre la ville perméable à l’eau en supprimant le bitume. Il empêche les eaux de pluie de s’infiltrer et donc d’irriguer naturellement. «La nature en ville a du mal à s’exprimer. Les sols sont pauvres. Il faut chérir l’eau, la préserver. Le but est d’adapter la ville au réchauffement climatique inéluctable » précise Gilles Namur, adjoint au maire de Grenoble, en charge de la nature en ville, de la biodiversité et de la fraîcheur.

En Savoie, le maire du village Les Chapelles a stoppé l’étalement urbain pour préserver les sols. Aucune nouvelle construction sur les hameaux, seules les réhabilitations sont possibles.

Le royaume de l’invisible est fertile et utile

Lionel Ranjard, directeur de recherche à l’INRAE

En France, l’INRAE (institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement) développe un programme de référencement et d’analyse des sols unique dans le monde. Plus de 17 000 échantillons y sont stockés ainsi que tout ce qu’ils contiennent : vers de terre, champignons et autres individus bactériens.

«Dans un gramme de sol, on a un milliard d’individus bactériens et quelques dizaines de millions de champignons. On a donc une diversité d’espèces très importante, explique Lionel Ranjard, directeur de recherche à l’INRAE. Si elles sont là et qu’elles cohabitent, c’est qu’elles servent à quelque chose : fertilité des sols, dépollution, dégradation de matières organiques, lutte contre l’érosion et stockage du carbone. Le royaume de l’invisible est fertile et utile » Au quotidien, la renaturation des sols, se fait aussi par une autre façon de penser l’élevage, l’agriculture et la consommation. Certaines communes l’ont bien compris, passant depuis plusieurs années des contrats avec les producteurs locaux pour les cantines scolaires et les restaurants des administrations.

« Sols un nouvel horizon » est un documentaire pédagogique qui nous ramène les pieds sur terre. Le sol, objet social, sujet politique à l’écosystème complexe garantit notre vie. Le film nous rappelle qu’il est un « trésor que nous sommes incapables de fabriquer », d’où l’urgente nécessité de le respecter.

« SOLS un nouvel horizon » un documentaire de Frédéric DENHEZ, Éric WASTIAUX et Nicolas MILLET, coproduit par EKLA Production et ERIANNE avec le soutien de France 3 AUVERGNE RHÔNE-ALPES et USHUAÏA TV, à voir dans la France en vrai le jeudi 24 février à 23h00, disponible en replay ci-dessous :

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité