• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Obsèques d'Arthur Noyer : les parents de Maëlys présents par “solidarité” avec la famille

La famille de Maëlys à la marche blanche le 27 août 2018 à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, où elle a disparu un an auparavant / © ROMAIN LAFABREGUE / AFP
La famille de Maëlys à la marche blanche le 27 août 2018 à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, où elle a disparu un an auparavant / © ROMAIN LAFABREGUE / AFP

Les parents de la petite Maëlys se rendent aux obsèques du caporal Arthur Noyer, qui se déroulent ce vendredi 7 septembre à Bourges.

Par Cécilia Sanchez

Toutes deux victimes de Nordahl Lelandais, les familles De Araujo et Noyer sont réunies, ce vendredi 7 septembre 2018, à Bourges (Cher), à l'occasion des obsèques d'Arthur Noyer. Les parents du jeune caporal s'étaient aussi rendus aux obsèques de la petite fille.
 

Solidarité


Les parents de Maëlys ont confié à RTL qu'ils se recueilleraient "par solidarité". La mère de la petite fille a précisé : "On veut être présents et solidaires avec la famille d'Arthur, parce que personne ne devrait vivre la perte d'un enfant. En unissant nos forces on arrivera à avoir la vérité. On a vécu la même chose, on est toujours dans l’attente. Ils ont attendu comme nous et n’ont récupéré leur fils que maintenant. Ils auront enfin Arthur avec eux et ils pourront aller le voir sur sa tombe."

Ça nous ramène un peu dans notre passé, dans notre peine

 
Didier et Cécile Noyer, les parents du jeune caporal, aux obsèques de Maëlys de Araujo, le 2 juin 2018 à La Tour du Pin / © MaxPPP
Didier et Cécile Noyer, les parents du jeune caporal, aux obsèques de Maëlys de Araujo, le 2 juin 2018 à La Tour du Pin / © MaxPPP

Des mois après, la douleur est intacte. "Ça nous ramène un peu dans notre passé, dans notre peine et ça va encore être un moment qui va être dur à vivre. Autant pour les parents d’Arthur Noyer que pour nous. On se rend compte avec le temps qu’une seule personne peut faire souffrir autant de gens par des actes ignobles comme les siens", raconte le père de Maëlys.
 
 

Besoin de force

La famille De Araujo avait pu enterrer la petite fille début juin à la Tour-du-Pin, près de neuf mois après sa disparition. Le père de la famille raconte son besoin de solidarité. "On a besoin de force, parce que c’est un moment très difficile la perte d’un enfant. C’est la pire des choses qui peut arriver à une famille et on a besoin d’être solidaire et d’avoir des gens qui nous soutiennent dans cette épreuve, qui est très difficile pour nous."

Le caporal Arthur Noyer avait disparu en avril 2017 après une soirée à Chambéry. Ses restes avait été retrouvés quelques mois après. Et les enquêteurs avaient peu à peu fait le parallèle entre sa disparition et celle de Maëlys, en août, à Pont-de-Beauvoisin. 

 

Sur le même sujet

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus