Produits périmés, problèmes d'hygiène... une nouvelle application pour alerter la Répression des fraudes

L'application mobile "Signal Conso", en phase de test en Auvergne-Rhône-Alpes, permet aux consommateurs de signaler des dysfonctionnements sur certains produit achetés ou des magasins dont l'hygiène serait douteuse. Les signalements sont ensuite traités par la Répression des fraudes.
Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © OLIVIER BOITET/MAXPPP
Erreur de prix, produit périmé, publicité trompeuse : vous pouvez maintenant signaler tous ces dysfonctionnements aux autorités sur l'application pour smartphone "Signal Conso". Expérimentée dans la région Centre-Val-de-Loire dès 2018, elle est maintenant étendue en Auvergne-Rhône-Alpes.

Cette plateforme, également accessible sur ordinateur, permet aux consommateurs de "prendre en photo une date limite de consommation dépassée, et très facilement, avec un formulaire, nous le signaler", annonce Virginie Beaumenier, directrice générale de la Direction de la Répression des fraudes.
 
Des signalements qui alimenteront une banque de données générale pour être ensuite transmis aux professionnels qui souhaiteront adhérer au dispositif : "cela leur permettra de corriger très vite le dysfonctionnement, par exemple retirer les yaourts « dépassés » du rayon", ajoutait la directrice de la DGCCRF lors d'une conférence de presse.

Un moyen pour les autorités de "mieux cibler les contrôles, en fonction de la réactivité des professionnels" et de prendre "les injonctions voire les sanctions nécessaires" en cas de nombreux signalements "sur un même magasin par exemple". Le consommateur reçoit également "des conseils sur les démarches à effectuer en parallèle", indique la préfecture de la Savoie.

En 2018, 128 500 manquements et infractions ont été constatés. Un chiffre en hausse de 2% comparé à l'année précédente pour un nombre de vérifications en léger recul de -2%, selon des chiffres publiés par la DGCCRF.

 

Pour signaler quels problèmes ?


"Signal Conso" permet actuellement de signaler sept types de dysfonctionnements listés par les autorités : 
Chaque signalement ne conduit pas à un contrôle des autorités sanitaires. Pour cela, il faut que le problème soit grave ou récurrent. Au fil de ses contrôles, la DGCCRF a repéré plusieurs problèmes qui reviennent souvent.

Parmi eux, un "surdosage de colorants" ou la présence de "colorants interdits" touchant un quart des macarons, les rendant "impropres à la consommation car présentant un risque pour le consommateur". Au vu des anomalies constatées, "21 retraits ou rappels concernant des non-conformités en matière d'utilisation des colorants sur les macarons et six sur les meringues ont été mis en oeuvre"
 
Autre infraction : la contamination de baies de goji par des pesticides, l'an dernier. "Utilisées dans la médecine chinoise" et "riches en antioxydants, minéraux et oligoéléments", ces baies contiennent aussi "pas moins de 15 pesticides", dont "le carbofuran ou l'amitraze, non autorisés à l'usage en Europe en raison de risques potentiels pour la santé du consommateur".

Depuis le début de l’expérimentation conduite en Centre-Val de Loire, 583 signalements de consommateurs ont été enregistrés et sont en cours de traitement, selon nos confrères de France 3. "Signal Conso" a vocation à être généralisée à l’ensemble du territoire à la fin de l’année 2019, voire 2020.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie santé société alimentation économie numérique