Récompensé de six Césars, "Anatomie d'une chute" désormais en route vers les Oscars

Le film "Anatomie d'une chute", tourné en grande partie en Savoie, a reçu six récompenses, dont celle du meilleur film, ce vendredi 23 février lors de la 49e cérémonie des César. L'œuvre de Justine Triet, déjà auréolée de la Palme d'or, attend désormais les Oscars.

L'avalanche de récompenses continue pour Anatomie d'une chute, film en grande partie tourné en Savoie, dans la vallée de la Maurienne. Ce vendredi 23 février, le long-métrage de Justine Triet est reparti avec six récompenses lors de la 49e cérémonie des César.

Anatomie d'une chute retrace le procès d'une femme accusée d'avoir tué son mari dans un chalet perché sous les Aiguilles d'Arves, avec pour seul témoin le garçon malvoyant du couple. Ce vendredi, le film a notamment récupéré les plus prestigieuses statuettes, dont :

  • le César du meilleur film ;
  • le César de la meilleure actrice pour le rôle de Sandra Hüller ;
  • le César de la meilleure réalisation ;
  • le César du meilleur scénario ;
  • le César du meilleur montage ;
  • le César du meilleur sécond rôle pour Swann Arlaud.

À 45 ans, Justine Triet est devenue la deuxième femme lauréate du César de la meilleure réalisation, après être devenue à Cannes la troisième réalisatrice de l'histoire à décrocher une Palme d'or : "Être la deuxième femme de l'histoire à recevoir le César" après Tonie Marshall en 2000 (pour "Vénus Beauté Institut"), "c'est un peu flippant et génial à la fois, ça donne de l'espoir pour la suite. On l'espère très fort en tout cas", a-t-elle déclaré sur scène.

En route vers Hollywood

Ces trophées donnent un élan supplémentaire au film pour la cérémonie des Oscars, qui se tiendra à Los Angeles le 10 mars prochain. Le film de Justine Triet est nommé cinq fois notamment dans les catégories meilleure réalisation et meilleur film.

L'actrice allemande Sandra Hüller est également en lice pour être récompensée de l'Oscar de la meilleure actrice. D'autant plus que l'absence remarquée de l'Australienne Margot Robbie, pour son rôle dans Barbie, laisse place à de bons espoirs.

Anatomie d'une chute, dont le scénario a été co-écrit par la réalisatrice et son compagnon, l'acteur et réalisateur Arthur Harari, repose sur une déconstruction cérébrale et méticuleuse des mécanismes du couple et de la justice.

Les Aiguilles d'Arves en toile de fond

Le village de Villarembert, en Savoie, a servi de décor naturel lors du tournage du film en 2022. Une importante partie de l'intrigue se déroule dans un chalet planté devant les cimes acérées des Aiguilles d'Arves.

"Comme on est dans quelque chose de fermé, de très clos, je voulais que l'extérieur soit violent. Dans le film, on essaye de comprendre constamment comment un homme a chuté. Je trouvais que c'était intéressant d'avoir les courbes de la montagne en fond, où on n'arrête pas de monter et de descendre pour essayer de comprendre cette chute", avait notamment déclaré la réalisatrice en mai dernier.

"J'avais envie d'avoir une lumière très froide, très crue. La lumière de la montagne est très lumineuse. Comme le film se passe beaucoup en intérieur, je voulais que les extérieurs soient très puissants", a-t-elle ajouté. D'autres scènes avaient également été tournées à Grenoble, en Isère, et à Saint-Jean-de-Maurienne, en Savoie.