Création d'entreprise : Ma vie, je pourrais en écrire un livre !

Pascaline Kromicheff, qui habite à Puits (Côte d'Or), donne voix au chapitre à tous ceux qui ont envie d’écrire le "livre de leur vie" et de transmettre leur mémoire.
Pascaline Kromicheff, qui habite à Puits (Côte d'Or), donne voix au chapitre à tous ceux qui ont envie d’écrire le "livre de leur vie" et de transmettre leur mémoire.

Pascaline Kromicheff, habite en haute Côte d'Or, dans la région de Châtillon-sur-Seine. Elle a créé une entreprise qui s'appelle De la voix au chapitre. Elle rédige des biographies pour tous ceux qui veulent laisser une trace de leur passage.

Par B.L.

La jeune femme rédige des articles pour l'hebdomadaire Le Châtillonnais et l'Auxois. "Au cours de mes nombreux reportages, j'ai rencontré plein de gens qui m'ont dit "Ah moi, ma brave dame, si vous saviez ! Ma vie, je pourrais en écrire un livre ! Alors, je me suis dis pourquoi ne pas donner la parole à toutes ces personnes qui ont envie d'écrire le livre de leur vie."

Sa petite entreprise a vu le jour il y a un mois. "Je reçois les gens qui me racontent leur histoire, je l'écris, je prends des notes et après je me mets devant l'ordinateur et je rédige les chapitres, ça va donc de la voix au chapitre", explique-t-elle. Pascaline Kromicheff travaille actuellement sur plusieurs biographies. "C'est très important de conserver les histoires des gens, c'est un patrimoine. Les archives départementales sont d'accord pour conserver les documents que je vais produire pour la postérité", souligne-t-elle.  


Pascaline Kromicheff : De la voix au chapitre
Pascaline Kromicheff est "écrivain privé" : elle donne voix au chapitre à tous ceux qui ont envie d’écrire le "livre de leur vie", de transmettre leur mémoire.


La toute nouvelle chef d'entreprise participe à un concours organisé par les chambres de commerce et d'industrie. Pour cela, elle a raconté son histoire et l'a postée sur le site de l'Opération 500 000 et moi. A partir de là, les internautes vont départager les concurrents en votant pour les différents projets présentés. L'objectif est de décrocher une nomination dans sa région d'origine afin de participer à la finale nationale. Les gagnants des 4 catégories (Porteur de projet / Entrepreneur de moins de 3 ans / Repreneur de moins de 3 ans / Coup de cœur) se partageront 16 000 euros.

Deux autres concurrentes tentent leur chance à ce concours :

-Agnès Mathiot, qui a une mère chinoise et un père français, vit en Bourgogne. Elle a créé une société baptisée Elijence. Elle propose des initiations à l'art de vivre à la française à de riches clients chinois en voyage d'affaires ou touristisque. Ces prestations ludiques où on joue à être un aristocrate se déroulent dans des lieux prestigieux : hôtel de luxe, cave prestigieuse, château… Pendant deux ou quatre  heures - la durée est modulable - Agnès Mathiot aborde de façon théorique les règles de bienséance avant de passer à la pratique. Au-delà des règles de savoir vivre sur la façon de se tenir à table ou en société, il s'agit d'initier les Chinois à la civilisation française, déclare-t-elle.

Agnès Mathiot : Elijence
La société Elijence initie ses clients chinois fortunés, en visite en France, à l’Art de vivre à la française.

-Monique Pierlot a fondé Stylovie en Saône-et-Loire en 2010. Elle propose des animations qui consistent à dresser le portrait d'habitants d'un quartier, d"une maison de retraite, d'une commune, d'une entreprise… Cela peut se faire dans le cadre de projets personnels ou collectifs. Monique Pierlot organise aussi des ateliers d’écriture où elle apprend aux participants à faire leur propre portrait avant de s'attaquer à l'écriture d'une fiction.



Monique Pierlot : Stylovie
Stylovie propose des services d’écriture (journalisme, communication) et des animations autour du portrait lié à un lieu : portrait de gens du quartier, de la maison de retraite, de la commune, de l’entreprise…

 

Sur le même sujet

Les + Lus