Sardy-lès-Epiry : les arguments des deux camps

Quelques arbres coupés lundi 4 février 2013 à Sardy-lès-Epiry dans la Nièvre, ont suffi : les opposants au projet de scierie annoncent leur intention d'occuper le site, les partisans rappellent que tous les feux sont au vert pour le début des travaux. 

Le complexe de Sardy-lès-Epiry ressemblerait à celui de Vielsalm (Belgique) / Archives
Le complexe de Sardy-lès-Epiry ressemblerait à celui de Vielsalm (Belgique) / Archives
Le projet de Sardy les Epiry est porté par des capitaux belges et français. Il prévoit la création d'une scierie couplée à une centrale biomasse, ou co-générateur, capable de fournir la moitié des besoins nivernais en électricité.

L'investissement financier est le plus important de ces trente dernières années dans le département. Il doit permettre la création de plus de 120 emplois et attirer des entreprises de la seconde transformation du bois. Craignant son impact sur l'environnement, plusieurs associations ont décidé de s'opposer au projet.

Rappel des enjeux et des positions autour de ce projet avec le reportage de Régis Guillon, Murielle Rousselin, Philippe Sabatier
Intervenants : Pascal Jacob, directeur général ERCIA France, porteur du projet 
                         Murielle André-Petident, vice-présidente ADRET Morvan
                        Jean-Paul Magnon, président de la Com.communes du Pays Corbigeois

durée de la vidéo: 02 min 39
scierie sardy


Lundi 4 février 2013 : sous protection policière, des bûcherons coupent quelques arbres dans la forêt près de Sardy-lès-Epiry. Des manifestants tentent de s'y opposer. Ils annoncent qu'ils vont occuper le site et ont le soutien des collectifs locaux de Notre Dame des Landes.

Mardi 5 février : les associations se regroupent et créent un collectif, ainsi qu'une "zone à défendre", à l'image de ce qui s'est fait à Nantes pour le projet d'aéroport.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement aménagement du territoire économie social