L'aéroport Dijon-Bourgogne de nouveau en zone de turbulence

C'est la chambre de commerce et d'industrie de Côte d'Or qui gère l'aéroport dans le cadre d'une délégation de service public qui lui a été confiée par l'Etat. Celle-ci expire le 31 mai prochain et la CCI vient d'annoncer qu'elle refuse de prolonger cette gestion au delà de cette date.

Explication : au 1er juin prochain, c'est le conseil régional de Bourgogne qui aurait dû devenir l'autorité concédante de l'aéroport à la place de l'Etat. C'est donc lui qui a été amené à lancer un appel d'offres pour confier une délégation de service public à un gestionnaire. La CCI de Côte d'Or associée à un partenaire privé était la seule candidate. Son dossier a été jugé "infructueux" par la commission régionale ad hoc.

Il faut repartir de zéro. Cela va prendre du temps. L'Etat a donc accepté de repousser d'un an la date à partir de laquelle il cédera ses responsabilités à la Région. Mais, que va-t-il se passer entre temps, nul ne le sait. La CCI a refusé de prolonger sa mission de concessionnaire, qui consiste à gérer l'aéroport et qui s'achève le 31 mai 2013. Il faut trouver d'urgence une solution pour que la plate forme aéroportuaire continue à fonctionner (les deux vols quotidiens d'Eastern vers Toulouse et Bordeaux, les vols charters et à partir du mois de mai le vol hebdomadaire vers la Corse). 

Alors que la direction générale de l'aviation civile (DGAC), pour éviter cette impasse avait reconduit pour un an sa mission de concessionnaire, les élus consulaires de la CCI ont donc refusé par un vote cette prolongation. Un coup de gueule visiblement destiné à faire pression sur les autorités, entre autres sur le conseil régional, pour que le dossier de l'aéroport Dijon-Bourgogne tel que le voudrait la CCI décolle une fois pour toutes.


Reportage d'Eric Sicaud et Jean François Guilmard avec

  • Michel Neugnot, vice-président du conseil régional (PS.)
  • François Sauvadet, président du conseil général de Côte d'Or (UDI)