Dijon aura ses emplois francs, une aide pour les jeunes

Lancés en juillet dernier par François Hollande, les emplois francs concernaient 10 villes françaises. Le Ministère de la Ville, François Lamy élargit le dispositif ce lundi 23 septembre à 30 autres agglomérations dont Dijon. Décryptage de ce dispositif d'aide à l'emploi pour les jeunes.

Le samedi 3 août 2013, à Auch, le président de la République, François Hollande annonçait vouloir faire passer les emplois francs de 2 000 à 5 000 pour 2014. Suite à cet élargissement, François Lamy, le Ministre de la Ville, a augmenté ce lundi 23 septembre 2013 le nombre de site ouvert à ce dispositif.

Au lancement, 10 villes étaient concernées : Amiens, Clichy-sous-Bois/Montfermeil, Fort-de-France, Grenoble, Lille, Marseille, Perpignan, Saint-Quentin, Sarcelles, Toulouse. Désormais, les jeunes de quarante agglomérations auront accès aux emplois francs, parmi celles-ci, Dijon en Côte d'Or.

Qu'est-ce que les emplois francs ?


Les emplois francs instituent une prime de 5 000€ en faveur des entreprises recrutant un jeune de moins de 30 ans en CDI à temps plein résidant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Aujourd'hui, le taux de chômage des jeunes dans les quartiers populaires atteint 41%,  2,5 fois plus que la moyenne nationale. À diplôme égal, un jeune résidant dans un quartier populaire a deux fois plus de risque d'être au chômage qu'un jeune résidant dans un autre quartier.

Les emplois francs sont une mesure contre les discriminations que subissent ces jeunes sur le marché du travail. Les emplois francs, les emplois d'avenir dont 30 % sont réservés aux jeunes des quartiers populaires et la convention signée entre François Lamy et Pôle emploi qui instaure la présence d'un agent de Pôle emploi dans chaque quartier prioritaire de la politique de la ville sont des dispositifs complémentaires qui permettent de lutter contre le chômage des jeunes des quartiers populaires.

C'est un investissement pour l'Etat de 25 millions d'euros en faveur de l'emploi des jeunes des quartiers populaires.

Quelles villes concernées ?


Le dispositif sera expérimenté désormais également dans les ZUS des communes des agglomérations suivantes: Nord-Normandie : les agglomérations de Valenciennes, Lens-Liévin, Calais, Rouen et Cherbourg ;
Grand Est : les agglomérations de Strasbourg, Nancy, Belfort-Montbéliard, Dijon et Troyes ;
Sud Est : les agglomérations de Lyon, Toulon, Montpellier et Clermont-Ferrand ;
Grand Ouest : les agglomérations de Bordeaux, Nantes, La Rochelle, Rennes et du Mans ;*
Île-de-France-Centre : les agglomérations de Plaine Commune, du Mont-Valérien, de Plaine centrale du Val de Marne, de Seine-Essone, d'Evry Centre Essonne, d'Aulnay-sous-bois, de Saint-Quentin en Yvelines, de Melun, de Dreux et de Sevran ;
Outre-Mer : l'agglomération de Saint-Denis de la Réunion, Cap Excellence
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter