Léonarda 15 ans : arrêtée et expulsée pendant une sortie scolaire

Réseau Education Sans Frontières a relayé la lettre d'enseignants du collège André Malraux et du Lycée Toussaint Louverture de Pontarlier. Ils y racontent l'expulsion d'une jeune fille au cours d'une sortie scolaire. Le sujet a été le plus commenté hier après-midi sur les réseaux sociaux. 

L'histoire


Mercredi 9 octobre, une mère de famille Kossovare et ses 6 enfants ont été expulsés. Ils habitaient Levier  (Doubs). Mais Léonarda, élève de 3 ème au collège André Malraux de Pontarlier était ce jour là en sortie scolaire. D'après des enseignants, un agent de la Police de l'Air et des Frontières aurait appelé la professeur d'histoire-géographie de la jeune fille pour lui demander d'arrêter immédiatement le car qui se rendait à Sochaux.
"Il m'a dit que nous n'avions pas le choix que nous devions impérativement faire stopper le bus là où nous étions car il voulait récupérer une de nos élèves en situation irrégulière : Léonarda Dibrani cette dernière devait retrouver sa famille pour être expulsée avec sa maman et ses frères et soeurs !"
Les policiers seraient venus interpeller Léonarda devant ses camarades sur le parking d'un collège de Doubs. L'histoire a été racontée sur le blog de RESF abrité par Médiapart.

Relevé par plusieurs internautes, l'histoire de Léonarda devient hier dans l'après-midi le sujet le plus discuté, notamment sur Twitter.



Une version contredite par les autorités.


La Préfecture du Doubs, par la voix de son secrétaire général, explique,  que c'est la mère de famille qui a souhaité rejoindre son mari expulsé de France la veille. C'est à sa demande que les policiers ont été chercher Léonarda. La famille avait  épuisé toutes les voies de recours. L'heure de départ de l'avion expliquant cette intervention en pleine sortie scolaire.

Ce mardi, la préfecture du Doubs a apporté les précisions suivantes :

"Au cours de ces dernières semaines, des membres d’associations soutenant la famille ont expressément demandé de veiller à ce que celle ci soit regroupée. Il n'a pas été possible de réunir la famille le même jour sur un même vol à destination du Kosovo, mais pour tenir compte de ces difficultés, les préfectures du Haut Rhin et du Doubs se sont rapprochées afin que les procédures respectives soient conduites à des dates les plus proches possibles. C'est ainsi que le chef de famille a été éloigné le 8 octobre et les autres membres de la famille le lendemain, 9 octobre.

Si la mère et cinq de ses enfants étaient présents le matin du 9 octobre, jour prévu pour l'éloignement, il se trouve que l’une des filles, âgée de 15 ans était absente, car elle avait dormi à l'extérieur du domicile familial et se trouvait dans un bus qui s'apprêtait à partir pour visiter une entreprise locale à Sochaux. La mère, souhaitant que tous ses enfants l’accompagnent, a alors prévenu sa fille sur son portable en lui signifiant l'imminence de leur départ pour un vol programmé à Lyon à 13 heures. Répondant à ce souhait, la jeune fille est descendue du bus pour attendre les fonctionnaires de police qui sont venus la prendre en charge et lui permettre de rejoindre sa famille.

L'opération s'est déroulée dans le plus grand calme. L'embarquement de la famille à destination du Kosovo s'est ensuite effectué sans aucune difficulté.

L’hébergement libéré par cette famille sera immédiatement mis à la disposition d’une autre famille nouvellement arrivée comme demandeur d’asile afin de lui permettre  d’attendre dans les meilleures conditions l’instruction de son dossier de demande d’asile.

Il convient de souligner que cette opération d’éloignement d’une famille déboutée du droit d’asile s’inscrit dans une gestion globale et équilibrée des flux migratoires dans le département du Doubs. Ainsi, depuis le début de l’année, 515 demandeurs d’asile ont été pris en charge par le dispositif d’accueil des demandeurs d’asile de la préfecture du Doubs contre 171 en 2011"


Le Front de Gauche a réagi à cette expulsion aujourd'hui : «Manuel Valls a beau jeu de décréter que les Roms ne veulent pas s’intégrer, alors même qu’il les pourchasse jusque dans les écoles. La politique inhumaine conduite par Manuel Valls est une honte pour la France», s’est insurgé le PG dans un communiqué, estimant que «la lepénisation des esprits a décidément pris ses quartiers place Beauvau».



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice éducation politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter