Un éclair rouge conçu par l’artiste nivernais Claude Levêque traverse la pyramide du Louvre

Cet éclair en néon rouge est installé pour un an et demi dans la pyramide de Pei, à Paris. L’œuvre a été conçue par l'artiste Claude Levêque, qui vit et travaille à Pèteloup, dans la Nièvre, et à Montreuil, en Seine-Saint-Denis.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

D'où vient ce néon rouge ?

Le tube de néon rouge, qui traverse la pyramide, mesure 22 mètres de long. Peu visible lorsque le soleil brille, il prend toute sa force et son incandescence la nuit. Cet éclair est l'interprétation d'un dessin enfantin. "Il y a quelques années, j'avais demandé à des enfants dans une école primaire où j'intervenais, de me dessiner à leur manière un éclair et j'ai choisi celui qui avait la plus belle dynamique", explique l'artiste. Le jeune Hanza Haboudou a de quoi être fier.

L'exposition de Claude Lévêque a été initiée par Henri Loyrette, l’ancien président-directeur du Louvre féru d'art contemporain. Tout en légèreté, cette oeuvre de l'artiste français est installée pour un an et demi. Elle sera complétée en 2015 par une exposition de Claude Levêque dans les fossés médiévaux du Palais. L'artiste a donné à ses deux interventions un titre global "Sous le plus grand chapiteau du monde".

Qui est Claude Levêque ?

La pyramide de Pei "est un lieu qui m'effrayait un peu car elle a son fonctionnement, sa transparence, sa dynamique", déclare Claude Lévêque. "Elle brasse un public considérable alors que je suis plus à l'aise dans un contexte plus intime", ajoute-t-il. "Face à ce geste architectural puissant, il fallait être dans la légèreté", dit cet artiste né en 1953 à Nevers.

Issu des avant-gardes de la fin des années 1970, le travail de Claude Lévêque métamorphose les lieux en créant des mises en espace sensorielles par l'utilisation de la lumière, du son et d'objets. Il a été l'artiste invité du Pavillon français à la 53e Biennale de Venise en 2009.

Ces dernières années, sous la présidence d'Henri Loyrette, les artistes Tony Cragg, Wim Delvoye et Loris Gréaud avaient déjà installé des sculptures sous la pyramide de verre de l'architecte Ieoh Ming Pei.