François Sauvadet réclame un référendum sur la fusion des régions

Le président UDI du conseil général de Côte-d'Or, François Sauvadet, a réclamé mardi 15 avril 2014 un référendum sur la fusion des régions. Il dénonce un "big-bang sans concertation" et un  "passage en force" du gouvernement.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Je demande l'organisation d'un référendum sur la question du rapprochement de la Bourgogne et de la Franche-Comté et pour tous les autres rapprochements de régions envisagés", déclare François Sauvadet. "Nos territoires ont déjà été maltraités par la baisse drastique des dotations et le redécoupage à la hache de tous les cantons de France. Les régions s'apprêteraient-elles à subir le même sort?", s'inquiète-t-il. 

Le Premier ministre Manuel Valls a proposé de réduire de moitié le nombre de régions dans l'Hexagone. Après une phase de volontariat, une loi proposant une nouvelle carte des régions devrait être établie pour le 1er janvier 2017.

La Bourgogne et la Franche-Comté figurent parmi les premières régions à avoir annoncé un futur rapprochement. Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional de Franche-Comté, et François Patriat, son homologue en Bourgogne, tous deux socialistes, ont fait part de leur projet de "rapprochement administratif" visant, à terme, à une "fusion des deux collectivités".

Pour François Sauvadet, "une rénovation de notre modèle territorial est nécessaire, mais il n'est pas possible de bouleverser notre organisation territoriale de manière unilatérale par l'accord unique des deux dirigeants de chaque exécutif". "Une décision de cette importance ne peut en aucun cas se faire sans consulter les populations elles-mêmes", estime le député de la Côte-d'Or.