Meurtre de Maxime Roussel: l'accusé sort de son silence et clame son innocence

Publié le Mis à jour le
Écrit par Jérémy Chevreuil
© f3fc

L'assassin présumé de Maxime Roussel, retrouvé tué et carbonisé à 14 ans dans un bois d'Étouvans (Doubs) en janvier 2012, est sorti de son mutisme ce jeudi devant la cour d'assises des mineurs. Il a livré une nouvelle version et continue à nier le crime.

durée de la vidéo: 01 min 56
Meurtre d'Etouvans: l'accusé parle enfin
Depuis le début de son procès à huis clos devant la cour d'assises des mineurs de Besançon, lundi, le jeune homme qui était âgé de 17 ans
à l'époque des faits est muet.

Après avoir changé de version à plusieurs reprises lors de l'instruction, il maintenait avoir été présent le 10 janvier 2012 lorsque son ami avait été tué et brûlé par deux autres hommes. Une thèse écartée par les enquêteurs. (voir le rappel des faits)

Ce jeudi devant la cour, il est revenu sur ses déclarations, expliquant qu'il s'était rendu avec la voiture de sa mère dans le bois d'Étouvans pour rencontrer Maxime, ont rapporté les avocats des deux parties lors d'une suspension d'audience.

Selon cette nouvelle version, il aurait ensuite quitté l'adolescent, toujours en voiture, avant de revenir 10 minutes plus tard pour lui rendre ses clés. C'est
alors qu'il aurait découvert le corps sans vie en train de brûler. 

Il aurait chargé la moto de la victime dans sa voiture et serait reparti, sans prévenir personne. La moto avait été retrouvée dans les locaux de la société de
pompes funèbres de son beau-père.

Le verdict est attendu demain vendredi.

Poursuivi pour assassinat, l'accusé désormais âgé de 19 ans, encourt 20 ans de prison si l'excuse de minorité est retenue, voire la réclusion criminelle à perpétuité si elle est finalement levée, en raison de la préméditation de l'acte ou du fait que la victime avait moins de 15 ans. (AFP)

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.