Bacary Sagna : "On peut avoir un peu plus de confiance pour ce Mondial 2014"

La France affrontera le Nigeria en 8es de finale de la coupe du monde de football à Brasilia, lundi 30 juin 2014, à 18h (heure française). Le footballeur bourguignon Bacary Sagna, qui est latéral droit de l'équipe de France, se dit confiant.

Bacary Sagna pendant un entraînement au stade Santa Cruz à Ribeirao Preto, pendant la coupe du monde de football 2014, au Brésil
Bacary Sagna pendant un entraînement au stade Santa Cruz à Ribeirao Preto, pendant la coupe du monde de football 2014, au Brésil © AFP PHOTO / FRANCK FIFE


 



Comment préparez-vous ces 8es de finale qui se joueront à 13h (heure locale) sous une grande chaleur ?

"L'heure du match va effectivement changer. L'idéal est de se réveiller une heure avant le repas, vers 8h30, puis il va falloir s'alimenter différemment, bien manger des pâtes. A 9h, certains n'y sont pas habitués, moi j'ai l'habitude en Angleterre. Après, s'agissant du match, la fraîcheur physique peut être un facteur important. On a la chance d'être ici à Ribeirao Preto, chaque destination est à maximum deux heures de vol."

Même si la France ne se qualifiait pas pour les quarts, estimeriez vous cette Coupe du monde réussie ?

"Ca sera une réussite si on va au bout. On aspire à gagner des trophées. Pour moi ce serait un échec de ne pas la gagner. On voulait passer la phase de groupe. Après ces trois matches, on peut avoir un peu plus de certitudes, de peps, de confiance. En 8es de finale, la pression risque d'être différente, ce sera un match couperet.

Mais, on se prépare de la même façon, on veut montrer la même envie, le même engagement, on veut prendre ce match par le bon bout. Quand on s'est qualifié pour le tournoi, on voulait faire une belle compétition. Là, l'objectif s'est précisé, on est à quatre matches du titre et on veut le faire, on veut aller au bout, étape par étape."

Votre bon match contre l'Equateur vous permet-il d'espérer une titularisation contre le Nigeria ?

"Je n'y ai pas pensé. Pour moi, je suis un joueur parmi les vingt-trois. Je suis ici pour amener la France vers le haut. A moi de faire ce qu'il faut, que ce soit pour débuter ou rentrer du banc. Évidemment que j'aimerais jouer, mais je suis ici pour tirer l'équipe de France vers le haut, que je débute ou que je sois sur le banc. On ne peut pas jouer à vingt-trois."


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coupe du monde de football football sport