Un convoi de déchets radioactifs a quitté la France pour la Suisse

Publié le Mis à jour le
Écrit par B.L. avec l'AFP

Un train contenant des déchets nucléaires retraités a quitté le terminal ferroviaire Areva de Valognes, dans la Manche, mercredi 10 septembre 2014. Le convoi a pris la direction de la Suisse. Mais, son itinéraire est inconnu.

Que contient le train de déchets renvoyés en Suisse ?

Les trois wagons de déchets sont issus de combustibles qui ont servi à produire "l'équivalent d'environ 13 ans de consommation électrique d'une ville comme Zurich", a précisé le groupe nucléaire.
Deux wagons comprennent des déchets vitrifiés (qui concentrent la quasi-totalité de la radioactivité) et un troisième des déchets dit compactés (moins radioactifs car issus des gaines métalliques qui contenaient les pastilles d'uranium du combustible), selon Areva.

Quelles sont les précautions prises par Areva ?

Les déchets sont transportés dans une "forteresse roulante", des emballages métalliques de 40 cm d'épaisseur, selon le groupe. "Les emballages utilisés, conformes aux normes de sûreté de l’Agence internationale de l’énergie atomique, sont conçus pour assurer la protection des personnes et de l’environnement en toutes circonstances", précise le groupe.

La loi oblige Areva à renvoyer les déchets étrangers dans leur pays d'origine. En général, ces convois mettent "un à deux jours" à arriver à destination en Suisse, selon Areva.
Il s'agit du 9e convoi de déchets vitrifiés à destination de la Suisse depuis 2001, selon Areva qui a jusqu'à fin 2016 pour tout réexpédier en Suisse. Une fois ce convoi arrivé à destination, Areva aura retourné 83% des déchets vitrifiés suisses et 74% des déchets compactés.


En quoi consiste le retraitement des déchets ?

Le retraitement consiste à séparer les différentes matières contenues dans les combustibles qui sortent des centrales nucléaires afin de réduire le volume des déchets produits, explique Areva.
Le groupe nucléaire affirme extraire 4% de déchets ultimes vitrifiés et 96% de matières "recyclables", plutonium et uranium, avec lesquelles sont fabriquées de nouveaux combustibles. Mais, selon les écologistes, ces derniers marchent moins bien, sont plus polluants et peu utilisés.

La Suisse a décidé de sortir du nucléaire après la catastrophe de Fukushima. Elle compte actuellement cinq réacteurs nucléaires qui doivent être mis peu à peu hors service d'ici à 2034.

En Bourgogne, d'importantes manifestations anti-nucléaires ont eu lieu ces dernières années en raison de tels convois, en provenance d’Italie et allant vers l’usine Areva de La Hague, dans la Manche. "Ces convois circulent dans le plus grand "secret défense" et traversent la France sans aucune information des élus et de la population, ni même des cheminots qui travaillent aux abords des voies. Si un train déraille, qu'est-il prévu pour assurer la sécurité sanitaire des habitants ?", s'inquiètait le Réseau "Sortir du nucléaire" en 2013.