Cet article date de plus de 6 ans

Château-Chinon : le dentiste mutilateur avoue le meurtre de sa femme

Le dentiste mutilateur de Château-Chinon a avoué le meurtre de sa femme. Il a été extradé au Pays-Bas. Le collectif des victimes de Mark Van Nierop va devoir attendre avant que l'homme puisse être jugé en France.
Mark Van Nierop, le dentiste mutilateur hollandais qui a sévi dans la Nièvre.
Mark Van Nierop, le dentiste mutilateur hollandais qui a sévi dans la Nièvre. © France 3 Bourgogne
Le dentiste hollandais s'était installé à Château-Chinon entre 2008 et 2012. Mark Van Nierop a été mis en examen puis placé sous contrôle judiciaire en mai 2013 pour "violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente" mais aussi "escroqueries" et "faux et usage de faux" en écriture privée. 

Selon les médias hollandais, Mark Van Nierop était déjà connu dans son pays pour le même genre de pratiques. Les victimes nivernaises, passées entre les mains de cet homme, peu scrupuleux, ont créé le "collectif dentaire" pour faciliter leurs démarches auprès de la justice. Elles ont même choisi l'avocat des victimes du Médiator pour être défendu.

2800 patients en 4 ans

L'homme avait été accueilli comme le messie par les habitants de la commune. Il était venu remplacer le dernier praticien de Château-Chinon, parti à la retraite. Depuis, une soixantaine de plaintes ont été déposées à l'encontre de cet homme qui a reçu dans son cabinet nivernais plus de 2800 patients. 

Il avait violé son contrôle judiciaire en arrivant au Canada le 18 décembre 2013, et la justice française avait alors lancé un mandat d'arrêt international. Mark Van Nierop n'a été arrêté par les autorités canadiennes que lundi 1er septembre 2014, dans une petite bourgade du Nouveau-Brunswick au Canada. 

C'est dans ce contexte que la police fédérale est allée l'interpeller à Nackawic, bourg situé à 240 kilomètres de Moncton, en bordure de la frontière canado-américaine. Les policiers ont dû forcer la porte de la salle de bains du domicile du dentiste et l'ont trouvé "ensanglanté" après une tentative de suicide, selon le service d'immigration.

Mark Van Nierop, le dentiste mutilateur de Château-Chinon.
Mark Van Nierop, le dentiste mutilateur de Château-Chinon. © France 3 Bourgogne

Il avoue le meurtre de sa femme

La personnalité de cet homme, âgé de 49 ans, reste très troublante. Après son interpellation Mark Van Nierop a avoué le meurtre de sa femme. Un crime qu'il aurait commis en 2006. Le dentiste hollandais a donc été extradé vers les Pays-Bas suite à ces révélations. 

"Nous devons encore décider ce que nous allons faire avec lui car il y a plusieurs aspects dont il faut tenir compte dans cette affaire", a d'ailleurs confirmé M. Bos, porte-parole du parquet de La Haye. "D'une part, il aurait avoué aux autorités canadiennes avoir tué sa femme aux Pays-Bas, c'est un aveu que nous prenons au sérieux et que nous voulons examiner de plus près, nous voulons vérifier ses dires", a dit le porte-parole. "D'autre part, la France le réclame".

Le procureur de la République de Bourges, en charge de l'enquête sur les faits commis par le dentiste dans la Nièvre, a lui aussi entamé une procédure d'extradition. Le collectif dentaire risque donc d'attendre plus longtemps que prévu pour voir cet homme jugé en France. 

Son nom apparaît dans l'affaire du meurtre d'Autun

Autre élément troublant concernant Mark Van Nierop. Son nom apparaît dans le dossier du meurtre de Jacques Vaude. Ce notable autunois de 73 ans, a été retrouvé mort à son domicile de Saône-et-Loire, dans la nuit du 4 octobre 2013. Sa compagne, Els O’Sullivan, 63 ans, a été blessée grièvement au visage.

Il se trouve que cette femme était une compatriote du dentiste. Elle travaillait aux côtés de Mark Van Nierop à son cabinet. Une dette de 8000 euros aurait semé le trouble dans leur relation amicale. 

Mark Van Nierop a été entendu dans le cadre de l'enquête sur cet homicide encore non-élucidé. Le parquet de Chalon-sur-Saône a précisé n'avoir trouvé aucun élément le reliant à ce meurtre. Son audition est restée sans suite.

Beaucoup de questions restent sans réponse, au vu du parcours de ce dentiste hollandais qui a été mis sous contrôle judiciaire en mai 2013, puis entendu dans l'affaire Jacques Vaude en octobre de la même année pour enfin s'enfuir de l'autre côté de l'Atlantique en décembre... 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers