Côte d'Or : la dissolution de la base aérienne 102 Dijon-Longvic est lancée

La base aérienne située dans l’agglomération dijonnaise va être dissoute. Elle est la plus ancienne des bases de l'armée de l'air. La nouvelle a été annoncée officiellement par le ministre de la Défense mercredi 15 octobre 2014.

 

 

Reportage de François Daireaux et Romain Liboz et montage de Carlos Zappalá avec :

  • Yves Doussot, 1er adjoint au maire d'Ouges
  • François Sauvadet, président du conseil général de Côte-d'Or (UDI)
  • José Almeida, maire de Longvic (PS)



Pourquoi la BA 102 Dijon-Longvic va-t-elle disparaître ?

C’est la première fois que le mot de "dissolution" est prononcé pour évoquer l’avenir de la base 102 de Dijon-Longvic, qui a fêté ses 100 ans au mois de juin. Mais, cela fait longtemps que l'avenir de la base - qui représente environ 2 000 emplois et 40 millions d'euros de retombées économiques - est en suspens.

En 2011 déjà, l'escadron de chasse 1/2 Cigognes avait rejoint la base aérienne de Luxeuil avec ses Mirage 2000-5 et les techniciens et mécaniciens chargés de leur maintenance. Cet été, les seize derniers avions de chasse se sont envolés pour Cazaux en Gironde.
En contrepartie, la BA 102 avait accueilli l'Etat-Major du Commandement des Forces aériennes, qui était stationné à Metz.



Comment cette dissolution va-t-elle être mise en oeuvre ?

Le début de la dissolution de la base aérienne 102 (BA 102) de Dijon va se traduire par le transfert du Commandement des forces aériennes (CFA) à Bordeaux-Mérignac et son fusionnement avec le Commandement du soutien des forces aériennes (CSFA).

Le ministère de la Défense promet des mesures d’accompagnement économique et foncier pour les territoires, ainsi qu’un accompagnement des personnels civil et militaire (aide au départ et à la reconversion, aide à la mobilité et au reclassement dans le secteur privé et les trois fonctions publiques, etc).



La BA 102 "Capitaine Georges-Guynemer" est-elle la seule à être dissoute ?

Des restructurations sont prévues dans les différents corps d’armée. Ces restructurations doivent permettre de réaliser des économies budgétaires et de nouvelles coupes dans les effectifs dans le cadre de la Loi de programmation militaire (2014-2019). Pour 2015, 7 500 postes doivent être supprimés au total.

Outre la dissolution de la base 102 de Dijon-Longvic, d’autres mesures ont été annoncées :
  • la dissolution du 1er Régiment d'artillerie de marine (RAMa) et de l'état-major de la 1ère Brigade mécanisée de Châlons-en-Champagne (Marne).
  • la transformation du 8e Régiment de parachutistes d'infanterie de marine de Castres (Tarn) et du 1er Régiment de tirailleurs d'Epinal (Vosges) "en régiment d'infanterie de nouvelle génération".
  • Cinq bâtiments de la marine seront par ailleurs désarmés et deux organismes, la base navale de l'Adour à Anglet (Pyrénées-Atlantiques) et le commandement maritime de Strasbourg (Bas-Rhin), seront fermés.
  • La base aérienne de Drachenbronn (Bas-Rhin) sera transformée en "élément air rattaché" (EAR) à la base 133 de Nancy.
  • Enfin, les activités médicales de l'Hôpital du Val-de-Grâce à Paris "seront progressivement transférées" vers deux hôpitaux militaires d'Ile-de-France, Percy à Clamart et Begin à Vincennes. Le Val-de-Grâce abritera pour sa part "un pôle d'excellence" réservé aux activités de recherche et de formation.
Cliquez ici pour en savoir plus sur le plan Restructurations 2015
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité