Dijon : le casseur a été condamné à 6 mois de prison ferme

Une des vitrines cassées dans le centre-ville de Dijon lors de la manifestation en hommage à Rémi Fraisse qui a dégénéré
Une des vitrines cassées dans le centre-ville de Dijon lors de la manifestation en hommage à Rémi Fraisse qui a dégénéré

L'homme, interpellé lors des dégradations commises dans le centre-ville de Dijon samedi dernier à l'occasion d'une marche en hommage à Rémi Fraisse, a été jugé ce mardi 4 novembre. Il a écopé d'une peine de six mois d'emprisonnement.

Par M. Ba

Cet homme de 35 ans a été jugé en comparution immédiate, ce mardi 4 novembre, pour dégradations volontaires aggravées sur les vitres de la société Orvitis. Il a été reconnu coupable. Il a été condamné à six mois de prison ferme avec maintien en détention. Il avait été arrêté dans la soirée du 1er au 2 novembre par les services de police de Dijon. Il niait avoir pris part aux dégradations qui lui étaient reprochées. Sans domicile fixe et originaire des Bouches-du-Rhône, ce dernier avait déjà condamné pénalement à de multiples reprises.


Rappel des faits 

Samedi 1er novembre, environ 200 personnes s'étaient réunies en fin d'après-midi rue de la Liberté, à Dijon, pour défiler en hommage à Rémi Fraisse, le jeune militant décédé le week-end précédent à Sivens (Tarn). Au bout de quelques minutes de défilé dans les rues, les forces de l'ordre sont entrées en action lorsqu'une trentaine d'individus ont commencé à s'attaquer à des commerces, notamment de la rue Berbisey et de la rue Charrue. Plusieurs vitrines ont été brisées, des murs tagués. Les dégâts se sont révélés importants. 48 heures après cette manifestation qui a dégénéré, la ville de Dijon a porté plainte aux côtés des commerçants concernés.

A lire aussi

Sur le même sujet

Marathon de Chablis : du monde pour la première édition

Les + Lus