Les réactions en Franche-Comté à l'attentat contre Charlie Hebdo

Une réaction à l'attentat contre Charlie Hebdo qui est diffusée sur les réseaux sociaux
Une réaction à l'attentat contre Charlie Hebdo qui est diffusée sur les réseaux sociaux

Cet attentat contre l'équipe du journal Charlie Hebdo provoque de nombreuses réactions au sein de la classe politique franc-comtoise. Les drapeaux seront en berne à Belfort et Besançon. Des rassemblements sont prévus en début de soirée à Besançon et à Belfort. 

Par I.B et C.Z

 

Les réactions sont unanimes devant l'attentat de Charlie Hebdo :

"Effroi" dit Eric Alauzet le député EELV du Doubs, "Epouvantable" pour Denis Vuillermoz, Vice -président PS de la région ou encore Damien Meslot, député UMP du Territoire de Belfort. L'heure est grave, Claude Jeannerot président socialiste du Conseil général du Doubs parle même d'une "démocratie en danger..."

Visiblement, tous appellent à "l'union nationale" (Claude Jeannerot, dont l'interview en longueur se trouve à la fin de cet article) ou "à se serrer les coudes" (Damien Meslot). 
Damien Meslot appelle à un rassemblement demain, jeudi, à midi devant l'hôtel de ville. "Un rassemblement pacifiste et silencieux où il n'y aura pas de prise de parole. Pour montrer qu'on a pas peur et qu'on dit non. Citoyens, partis politiques et syndicats, tout le monde y est invité." Pour le député maire UMP de Belfort : "Il faut se ranger derrière le gouvernement et les forces de l'ordre. Il faut prendre des mesures pour protéger la population sans affoler les gens."
Claude Jeannerot est inquiet : "C'est la liberté d'expression qui est en jeu. Notre démocratie est en danger."
Eric Alauzet après l'effroi et la tristesse, s'interroge : "Je suis terrifié par une telle bêtise. Comment est-ce possible ? Il faut que les uns et les autres on prenne des précautions mais sans se laisser impressionner. C'est de liberté qu'il s'agit...."

Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon,  a tenu également à réagir : 


"Les actes terroristes perpétrés en fin de matinée à l’encontre de l’hebdomadaire « Charlie Hebdo » nous plongent dans l’effroi et l’horreur. L’ensemble des élus du Conseil municipal de Besançon saluent la mémoire des 12 victimes, journalistes et policiers, et présentent leurs condoléances à leurs familles. Ils apportent également leur soutien aux blessés qui pour certains sont entre la vie et la mort.Toutes tendances politiques confondues, nous condamnons avec la plus grande fermeté cet acte de terrorisme qui, en s’attaquant de cette manière à la liberté de la presse, s’attaque aux valeurs de notre République et aux principes de notre démocratie.
Dans ces moments très difficiles auxquels doit faire face notre pays et face aux terroristes qui veulent fragiliser et apeurer, nous devons opposer la solidarité et l’union nationales, la détermination commune à combattre les extrémismes religieux et la volonté de lutter ensemble pour la Liberté sans tomber dans le piège de la stigmatisation et de l’amalgame. En signe de deuil, de solidarité et d’union, les drapeaux des bâtiments municipaux seront mis en berne."



 




Europe Écologie – Les Verts de Franche-Comté : 

"partage la douleur que ressentent les proches des victimes de cet acte barbare et tient à affirmer son entière solidarité avec les journalistes et tout le personnel de Charlie Hebdo. Nous nous sentons particulièrement concernés, compte tenu notamment du soutien sans faille de nos amis de Charlie à notre modeste publication régionale, La Feuille Verte.
Face à cet attentat ignoble, rappelons que la liberté de la presse est un principe fondateur de la démocratie. La critique des religions et de toutes les croyances, sans exception, est, et doit rester, dans un État républicain et laïque, un droit inaliénable." 

Voici l'interview de Claude Jeannerot, président socialiste du conseil général du Doubs :

Attentat : l'itw de C.Jeannerot

 



Voici le communiqué du député-maire UMP de Vesoul, Alain Chrétien :

".. Mes premières pensées vont bien sûr aux familles des victimes et je m’associe à leur peine comme l’ensemble de nos concitoyens dans cet esprit d’union nationale qui nous rassemble. Je pense aussi aux nombreux lecteurs, pacifiques et respectueux des Libertés,  qui comme nous tous sont sous le choc devant tant de barbarie et de cruauté. C’est un acte lâche et odieux  qui n’a pas sa place sur le territoire de la République Française et je souhaite que les coupables soient punis avec la plus extrême sévérité. L’ensemble de la classe politique doit aujourd’hui se rassembler pour qu’un tel drame ne puisse jamais plus se reproduire. La liberté de la presse est une liberté fondamentale indissociable de la démocratie, et il est intolérable de mourir pour ses idées sur le sol de notre Pays."

 

Autre réaction, celle du Parti Communiste Français. 


Les communistes de Besançon s'inquiètent, eux, des conséquences pour la communauté musulmane :

" ... La section du PCF de Besançon exprime sa solidarité aux victimes, à leurs familles et au journal. Cette violence fanatique, qui atteint tous les Français, défigure l'Islam. Nous devons résister ensemble aux dangereux amalgames, stigmatisations et appels à la haine qui frappent déjà les Français de confession musulmane, et ne manqueront pas, sous couvert de lutte contre le terrorisme, d'être amplifiés à des fins électoralistes."
 

Voici l'interview, en longueur, d'Alain Joyandet, UMP ex-député maire de Vesoul et ancien secrétaire d'Etat :


attentat : l'interview d'A.Joyandet


A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus