L'oenotourisme a le vent en poupe

Avec plus de 10.000 caves touristiques, la France accueille dans ses vignobles 10 millions de touristes chaque année selon le Réseau national des destinations départementales. La Bourgogne n'est pas en reste à quelques jours de la Saint-Vincent-Tournante.

Hameau Duboeuf, un oenoparc installé depuis 22 ans à Romanèche-Thorins en Saône-et-Loire.
Hameau Duboeuf, un oenoparc installé depuis 22 ans à Romanèche-Thorins en Saône-et-Loire. © Hameau Duboeuf
C'est un constat encourageant: l'oenotourisme s'ouvre au grand public à travers de nouvelles pratiques accessibles à tous. Cela ressort d'une étude publiée par le Réseau national des destinations départementales. Les territoires ont dû s'adapter pour attirer de nouveaux types de visiteurs comme les familles. Elles représentent 26% des oenotouristes. Or, le but est que les plus jeunes ne s'ennuient pas pendant que leurs parents découvrent un vignoble.

L'exemple du hameau Duboeuf à Romanèches-Thorins

Ce parc à thème autour du vin, installé en Saône-et-Loire, accueille 100.000 visiteurs chaque année. Il propose des activités et des jeux pour toute la famille comme un théâtre d'automates, un golf, des projections ou encore un simulateur pour découvrir les vignes. "Les images, les technologies et les jeux nous permettent de raconter une histoire aux enfants, c'est ludique et pédagogique", explique Anne Duboeuf, la directrice du parc.

Les différentes activités permettent aux enfants de découvrir les métiers, les outils, les terroirs, les sols autour du monde du vin tout en s'amusant. Pour elle, le parc est "ludique et pédagogique, les gens sont acteurs du parcours". Cet oenoparc a été "pensé dans un esprit famille, pour être accessible pour tout le monde, et ce qui plaît aux enfants plaît aux moins jeunes: si les enfants sont contents, les parents reviennent", souligne la directrice du parc.

Que se fait-il dans les autres vignobles?

Pour toucher des néophytes, le vignoble bordelais mise sur le mélange des genres. "Aujourd'hui on ne se contente plus de découvrir le vin, on y mêle une autre activité comme le vélo, le canoë, l'équitation, la randonnée..." souligne Anne Quimbre, de l'agence de développement touristique de la Gironde.

Autre idée, introduire du romanesque dans la dive bouteilleUne bande dessinée "Esprits Médoc" en réalité augmentée avec des énigmes, a même été créée par Arnaud Hacquin. L'action se déroule dans des châteaux producteurs du Bordelais et l'intrigue invite les lecteurs à se rendre sur place pour résoudre la dernière énigme. Les visiteurs peuvent alors, à l'aide de leur smartphone, visualiser des indices tout au long de la visite. Une intrigue policière se déroulant dans le vignoble bourguignon est en cours d'écriture.

Pour les moins sportifs ou les allergiques au polar, il est possible de faire un tour dans les vignes du Jura en vélo électrique ou dans celles de la Drôme en gyropode, un véhicule électrique une place, sur lequel on se tient debout. "C'est rigolo et attractif de découvrir le vin d'un territoire autrement", explique Anne-Catherine Chareyre, de l'agence de développement de la Drôme.

Participation aux vendanges, tour en roulotte, visite d'un laboratoire oenologique, des vignobles en calèche ou en voiture rétro, il y en a pour tous les goûts un peu partout en France. Car notre pays, première destination touristique et premier producteur de vin au monde, a bien compris l'intérêt économique de lier les deux secteurs économiques.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture tourisme économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter