Le plan sanitaire ORSAN est déclenché dans toute la France face à l’épidémie de grippe

La ministre de la Santé Marisol Touraine a déclenché le plan ORSAN dans toute la France pour faire face à l'épidémie de grippe saisonnière qui a déjà touché plus de 2 millions de personnes. En Bourgogne, on compte huit morts depuis le début de l'épidémie.


Qui sont les personnes les plus touchées par la grippe?

La Direction générale de la santé a reconnu récemment des "tensions" dans "certains" établissements. 
La grippe saisonnière a déjà touché plus de 2 millions de personnes depuis le début de l'épidémie qui est dominée par le virus A(H3N2). Ce sont les plus de 65 ans qui sont le plus sévèrement touchés, selon l'Institut de veille sanitaire (InVS). La Bourgogne n'échappe à cette épidémie. 

Au niveau national, 245 nouveaux cas graves de grippe ont été hospitalisés en réanimation la semaine dernière, portant à 728 le nombre total de cas graves répertoriés en France depuis le 1er novembre, dont 72 ont abouti à des décès.



C’est quoi le plan ORSAN ?

Marisol Touraine a donné des instructions aux agences régionales de santé jeudi 19 février 2015. La ministre de la Santé leur a demandé de mettre en oeuvre le plan ORSAN. Objectif : permettre d'organiser l'offre de soins dans une situation sanitaire exceptionnelle.

Le plan ORSAN, décliné au niveau régional, prévoit notamment :
  • la mobilisation du secteur ambulatoire (médecine libérale) pour ne recourir à l'hospitalisation que pour les situations d'urgences.
  • la mobilisation de l'ensemble des établissements de santé, y compris privés
  • l’activation des dispositifs "hôpital en tension" et, le cas échéant, les "plans blancs" afin de déprogrammer des activités non indispensables, d'ouvrir des lits supplémentaires, de rappeler des personnels et de renforcer ponctuellement les équipes de professionnels de santé dans les établissements en difficulté.
  • le secteur médico-social est également mobilisé pour assurer la prise en charge sur place des malades dans les EHPAD (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes).

Un peu plus tôt, jeudi, les urgentistes avaient dénoncé la "situation sanitaire critique" dans les hôpitaux surchargés en raison de l'épidémie et réclamé au gouvernement la réouverture de lits.

La situation des urgences est-elle comparable à la canicule de l'été 2003 ?

La "sur-saturation des services d'urgence est comparable à celle de l'été 2003", où la canicule avait fait 15.000 morts, a estimé le président du Samu-Urgences de France François Braun.
Selon l'association, le plan ORSAN doit permettre "de renforcer les soins de premier recours et de libérer des lits d'hospitalisation dans les services par réaffectation et/ou déprogrammations d'activités".

"Nous demandons que les hôpitaux rouvrent des lits immédiatement et que la qualité des soins soit la meilleure possible pour gérer cette situation hivernale", a par ailleurs déclaré l'Association des médecins urgentistes (Amuf).