Yonne : des élections départementales sur fond de batailles à droite

Les observateurs s’accordent à dire que le département de l’Yonne devrait rester à droite à l’issue des élections des 22 et 29 mars 2015, mais que le FN pourrait tirer partie des dissensions qui règnent entre l’UMP et l’UDI.

Par B.L.


Les dernières élections pour la présidence du département en 2011 ont laissé des traces.
L’UMP n’a toujours pas digéré la prise de pouvoir par André Villiers, membre de l’UDI. Or, le président sortant a annoncé qu'il était candidat à sa propre succession.

Cela laisse présager de sérieux affrontements à droite, car nombreux sont ceux qui prêtent au sénateur UMP Henri de Raincourt la volonté de ne pas laisser faire et d'aider à l'installation du jeune sénateur Jean-Baptiste Lemoyne à la tête du département. On suivra notamment les quatre primaires : Joigny, Saint-Florentin, Sens-1 et Tonnerrois, sans compter celles où un candidat DVD ou DLF se présentera face aux candidats officiels UMP/UDI (Avallon, Sens-2, Villeneuve-sur-Yonne, Vincelles).

Le FN sera présent dans les 21 cantons du département

Conséquence : le Front national pourrait bien tirer profit de ces divisions. Le parti de Marine Le Pen présente des candidats dans les 21 cantons du département et nourrit de sérieuses ambitions notamment à Brienon-sur-Armançon, Pont-sur-Yonne, Thorigny-sur-Oreuse, Tonnerre, Sens 1 et 2.

Plusieurs personnalités du FN, dont le vice-président Florian Philippot et Marion Maréchal-Le Pen, ont déjà fait le déplacement pour encourager leurs troupes. Le Front national rêve de ratisser aussi large que lors des élections européennes de 2014. Dans l'Yonne, Florian Philippot était arrivé largement en tête (31,35%) devant Nadine Morano (UMP) 21,99% et Edouard Martin (PS-PRG) 12,02%. Mais, le taux d'abstention était particulièrement élevé (55,03%) pour ce scrutin très particulier.

L'abstention jouera un rôle déterminant

De son côté, la gauche espère pouvoir se maintenir dans les cantons où elle est implantée.
Mais, elle aussi part divisée car le Front de Gauche et EELV ont conclu des alliances sans le PS dans 16 cantons.

Ajoutons que tous ces plans de batailles dépendent notamment du taux de participation, qui jouera un rôle crucial. De nombreux analystes prédisent un taux d’abstention particulièrement élevé qui pourrait bien faciliter la tâche du FN.

 

La nouvelle carte électorale de l’Yonne

La carte des cantons a été redessinée : on en compte désormais 21 dans l’Yonne (au lieu de 42).
Mais, le nombre de conseillers ne change pas : il y en aura toujours 42.

Pour le premier tour des élections, qui aura lieu dimanche 22 mars, on ne compte pas moins de 90 binômes de candidats sur la ligne de départ.

L’assemblée départementale sortante de l’Yonne est présidée par André Villiers (UDI).

  • La droite détient la majorité avec 27 conseillers : 16 UMP, 6 DVD, 4 UDI, 1 Parti chrétien démocrate.
  • L’opposition de gauche rassemble 15 sièges : 8 DVG, 5 PS, 2 PCF.

A lire aussi

Sur le même sujet

Retraites : Marie-Calire Roussel

Les + Lus