• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Un érable indésirable prend racine à Autun

© France 3 Bourgogne Fanny Borius
© France 3 Bourgogne Fanny Borius

Vous connaissiez l’ambroisie et la renouée du Japon ? Ces plantes invasives ont fait parler d’elles en Bourgogne.
Le Syndicat Intercommunal d’Etudes et d’Aménagement de l’Arroux s’inquiète de l’arrivée de "l’érable negundo" à Autun.

Par Arnaud Lefevre

2 premiers arbres à Autun

Cet érable existe depuis longtemps déjà en Saône-et-Loire, mais c’est la première fois qu’il est vu à Autun.
L’un se trouve derrière la station d’épuration et il a été déraciné ce lundi 22 juin 2015.
L’autre est sur l’un des piliers du pont de l’Arroux, en centre-ville. Il n’a pas encore fructifié et est donc pour le moment moins menaçant.
Il devrait être supprimé dans les prochains mois. 
En Bourgogne, l’espèce est commune le long des grandes vallées (Val de Saône, Seille, Loire et Allier), plus rare sur la Loire en amont de la confluence avec l’Allier.

 / © France 3 Bourgogne Fanny Borius
/ © France 3 Bourgogne Fanny Borius

Une variété nommée érable negundo ou negondo

L’érable negundo ne ressemble pas à l’érable classique. Ses feuilles sont plus longues et ses fruits contaminent les eaux et les sols.
Cet arbre originaire d’Amérique a été importé en Europe pour agrémenter les jardins botaniques au XVIIème siècle. Il a ensuite été utilisé pour des aménagements paysagers ou des haies.
D’après le Conservatoire Botanique National de Bailleul dans le Nord, on le trouve surtout en Normandie ou en Picardie.
Cet arbre peut atteindre 15 à 20 mètres de haut, son tronc jusqu’à 50 centimètres de diamètre. Sa propagation se fait par l’action du vent, mais également par l’eau lorsqu’il s’implante au bord d’une rivière.
L’érable se développe vite et étouffe les autres variétés. Il contribue à l’appauvrissement des forêts alluviales.


Comment l’éliminer ?

Le mieux est de détecter l’érable jeune pour l’arracher.
Sur des arbres dont le tronc a un diamètre inférieur à 15 centimètres, la technique du cerclage est recommandée. Il s’agit de réaliser des entailles pour provoquer son dessèchement. Pour les spécimens plus anciens, seule la coupe est efficace, en éliminant les rejets les années suivantes.
Reste la solution des moutons, efficaces pour lutter contre les jeunes plants !
Le mieux est de ne pas en acheter, on peut encore en trouver dans le commerce.


Une exposition sur la flore dans le secteur d’Autun

« Fleurs d’Autun », à voir jusqu’en décembre 2015, est présentée au Museum d’Autun, conçue en partenariat avec la Société d’histoire naturelle.
Cette exposition présente les particularités botaniques découvertes au cours de l’inventaire réalisé depuis quatre ans sur le territoire de la commune.
Des espèces rares côtoient des espèces invasives, des fleurs jaunes ou bleues ornent les murs de la cité suivant les saisons. Des arbustes offrent un habitat aux oiseaux de la ville.

L'érable negundo prend racine à Autun

Reportage France 3 Bourgogne de Fanny Borius et Gabriel Talon avec

  • David Baudoin, Président de la Société d'Histoire naturelle d'Autun
  • Stéphane Clément, du Syndicat Intercommunal d'Etudes et d'Aménagement de l'Arroux (Sineta)

A lire aussi

Sur le même sujet

Saulieu : la basilique Saint-Andoche souffle ses 900 bougies

Les + Lus