Ariane Fornia condamnée pour diffamation après avoir accusé Pierre Joxe d'agression sexuelle

Pierre Joxe, en 2014. / © Joël SAGET / AFP
Pierre Joxe, en 2014. / © Joël SAGET / AFP

Pierre Joxe, ex-président de la Cour des comptes et du conseil régional de Bourgogne, poursuivait en diffamation l'écrivaine Ariane Fornia qui l'accuse d'agression sexuelle. Ce mercredi 22 janvier, elle a été condamnée pour diffamation par le tribunal.

Par B.L. / M. F. avec AFP

En octobre 2017, Ariane Fornia, la fille de l’ancien ministre Eric Besson, avait accusé Pierre Joxe de l'avoir agressée sexuellement lors d'une représentation à l'Opéra Bastille à Paris en mars 2010, en lui mettant à plusieurs reprises la main sur la cuisse et la remontant "vers (son) entrejambe". Des faits qui sont aujourd’hui prescrits.

Pierre Joxe, ancien député de Saône-et-Loire et président du conseil régional de Bourgogne, avait dénoncé "un tissu de contre-vérités". Il avait demandé "des excuses écrites et publiques" que l'écrivaine s'était refusée à faire. Pierre Joxe, 84 ans, l'avait alors assignée en diffamation.

Ce mercredi 22 janvier, le tribunal judiciaire de Paris a condamné Ariane Fornia, de son vrai nom Alexandra Besson, à verser un euro symbolique de dommages et intérêts ainsi que 3 000 euros au titre des frais de justice à Pierre Joxe, qui avait intenté ce procès. Les juges ont également ordonné la suppression des propos litigieux et la publication d'un communiqué judiciaire sur le blog.

Ariane Fornia se devait "de disposer d'éléments lui permettant de soutenir les faits qu'elle dénonçait publiquement", a expliqué le tribunal dans son jugement, consulté par l'AFP. "Or précisément, les pièces produites […] ne démontrent pas qu'elle avait les éléments lui permettant de dénoncer les faits d'agression sexuelle à l'encontre de M. Pierre Joxe", ont considéré les juges.

Le tribunal a rappelé "que Mme Alexandra Besson n'a pas déposé plainte, que Monsieur Joxe n'a pas été inquiété judiciairement pour ces faits et qu'il n'y a pas de témoignage direct des faits dénoncés par Madame Alexandra Besson".

L'écrivaine va faire appel, selon son avocat. Pour Me Jean-Marc Fédida, "c'est le genre de décision qui a un effet absolument tragique : c'est le procès du récit de la victime".
 

Dans quel climat s'est déroulée l'audience ? 

C’est dans une ambiance tendue que l’audience s’est tenue au tribunal de Paris lundi 18 novembre 2019.

Ariane Fornia, 30 ans, a maintenu ses propos et a renouvelé ses accusations contre l'octogénaire. L'écrivaine, qui n'avait pas porté plainte, a produit des documents qui attestent qu'elle avait raconté ces faits à des proches dès 2010 ou 2011. Son père Eric Besson a dit à la barre qu'elle lui avait dit le soir-même avoir été agressée. Il lui avait conseillé de porter plainte, ce qu'elle avait refusé en raison notamment du contexte politique tendu dans lequel évoluait le ministre de l'Immigration de l’époque.

Sa défense a aussi évoqué le témoignage d'une ancienne employée de Pierre Joxe qui accuse l’ex membre du Conseil constitutionnel d'agression et de harcèlement sexuel en 2018. Cette ancienne auxiliaire de vie a travaillé au domicile de M. Joxe entre septembre 2017 et décembre 2018 pour s'occuper de son épouse, atteinte d'une lourde maladie dégénérative et aujourd'hui décédée. Suite à la plainte de l’ex employée, le parquet de Paris a ouvert une enquête.
 
Au tribunal, Ariane Fornia a décrit des nuits agitées après cette soirée à l'Opéra, une prise de poids vertigineuse, et plus récemment son divorce après son témoignage.
 

 

Que demandait Pierre Joxe ? 

L’ancien ministre a déclaré qu'Ariane Fornia avait tout inventé. Pierre Joxe s'est dit "encore plus indigné qu'il y a deux ans". 

Son avocat Jean-Yves Dupeux a énuméré les "contre-vérités" contenus dans le billet publié sur le blog d’Ariane Fornia. La jeune femme, qui mentionnait sur son blog l'arrivée de son père à l'entracte, a convenu à l'audience qu'elle s'était "trompée" : il n'y avait pas d'entracte ce soir-là et son père n'avait pu assister à la représentation. Mais, l'Opéra de Paris a confirmé que les sièges des Joxe et des Besson étaient côte à côte au balcon d'honneur.

S'appesantir ainsi sur "quelques incohérences de détail", "c'est de la défense de violeur, d'agresseur sexuel !", a dit Jean-Marc Fedida, l'avocat de l'écrivaine.

Pierre Joxe demande un euro symbolique de dommages et intérêts, 5 000 euros au titre des frais de justice, la suppression des propos litigieux du blog et la publication de communiqués judiciaires.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus