• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Bourgogne : combien de “gilets jaunes” ont été interpellés et que risquent-ils ?

Face à face entre les "gilets jaunes" et les forces de l'ordre rue du Bourg, à Dijon, samedi 24 novembre 2018 / © Rodolphe Augier
Face à face entre les "gilets jaunes" et les forces de l'ordre rue du Bourg, à Dijon, samedi 24 novembre 2018 / © Rodolphe Augier

Depuis le samedi 17 novembre, des gilets jaunes multiplient les actions pour protester contre l’augmentation des taxes sur les carburants. Plusieurs d’entre eux ont été interpellés. Que risquent-ils ?

Par B.L.

Le mouvement des gilets jaunes, parti des réseaux sociaux, a débuté samedi 17 novembre 2018. Au départ, il s’agissait de protester contre l’augmentation des carburants. Mais, depuis, c’est un « ras le bol » général que les manifestants disent exprimer.

Certains bloquent les routes. D’autres ont opté pour l’organisation de barrages filtrants, d’opérations escargot ou péage gratuit, de manifestations, etc.
 

Combien de "gilets jaunes" ont été interpellés ?

On ne connaît pas leur nombre exact. Seule la préfecture de Saône-et-Loire a communiqué sur ce sujet.
Depuis le 17 novembre, 25 interpellations ont eu lieu en Saône-et-Loire pour entrave à la circulation, rébellion, outrage, usage force contre agent force publique, mise en danger de la vie d'autrui, violences volontaires, ivresse publique, stupéfiants, dégradations radars.

Ces personnes sont présentés aux procureurs de la République de Mâcon et de Chalon-sur-Saône.

 

Que risquent les "gilets jaunes" qui gênent la circulation ?

Conformément aux règles du code de la route, le fait d’entraver la circulation, d’empêcher la circulation des véhicules de secours (SAMU, sapeurs-pompiers) ou de gêner la marche des autres véhicules en circulant sans raison valable à une vitesse anormalement réduite est un délit passible de deux ans d'emprisonnement et de 4 500 euros d'amende, rappelle la préfète de la Nièvre.
 
Les "gilets jaunes" à Sens (Yonne) samedi 24 novembre 2018 / © Lola Bodin-Adriaco
Les "gilets jaunes" à Sens (Yonne) samedi 24 novembre 2018 / © Lola Bodin-Adriaco

 

Que risquent les "gilets jaunes" qui ont dégradé du matériel public ?

Deux personnes ont été interpellées dans l’Yonne samedi 24 novembre alors qu’elles s’attaquaient à un radar automatique à l’aide d’une disqueuse thermique. Cela s’est passé sur la RN77, à hauteur de Saint-Florentin, sur la commune de Lasson.

Les deux hommes ont été entendus sous le régime de la garde-à-vue. Ils sont convoqués devant le tribunal correctionnel d’Auxerre en janvier. Ils encourent 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende pour avoir détruit un bien destiné à l’utilité publique, indique la gendarmerie de l’Yonne.

 
Les "gilets jaunes" ont quitté la place de la Libération, à Dijon, vers 18h, samedi 24 novembre 2018. / © Pascal Gervaize
Les "gilets jaunes" ont quitté la place de la Libération, à Dijon, vers 18h, samedi 24 novembre 2018. / © Pascal Gervaize

 

Que risquent les "gilets jaunes" qui manifestent sans autorisation ?

L’organisation d’une manifestation non déclarée ou ayant fait l’objet d’une déclaration incomplète ou inexacte est passible d’une amende et de poursuites pénales", rappelait la préfecture de Côte-d'Or avant le défilé non autorisé qui a eu lieu samedi 24 novembre dans le centre-ville de Dijon.

"Le blocage des voies publiques peut constituer un délit d’entrave à la circulation, punissable de deux ans d’emprisonnement et de 4500 euros d’amende", précise la préfecture.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dijon : des lycéens s'agenouillent en soutien à ceux interpellés à Mantes-la-Jolie

Les + Lus