Bourgogne : un "train usine" pour rénover la Ligne à Grande Vitesse Paris-Lyon

Publié le
Écrit par Auberi Verne

En 2021, la SNCF poursuit son projet de rénovation de la Ligne à Grande Vitesse Paris-Lyon entre Pasilly (Yonne) et Lacour d'Arcenay (Côte-d'Or). Ce chantier débuté en 2020, dont la fin est prévue en 2023, vise à renouveler 166 kilomètres de voies à l'aide d'un "train usine".

En 2021, la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Paris-Lyon fait peau neuve. En Bourgogne-Franche-Comté, cette ligne est l'objet d'un important chantier lancé en 2020 par la SNCF. Au programme, le renouvellement de 166 kilomètres de voies.

De juillet à décembre 2021, les travaux se concentrent sur une portion entre Pasilly (Yonne) et Lacour d'Arcenay (Côte-d'Or). Afin de ne pas gêner le trafic ferroviaire, le chantier débute à 23 heures, après le passage du dernier train.

Plus de 73 000 traverses et 80 000 tonnes de ballast remplacées

La rénovation des voies ferrées entre Pasilly et Lacour d'Arcenay passe par le renouvellement de 73 400 traverses et 80 000 tonnes de ballast. Pour accomplir cette tâche, le prestataire COLAS s'est équipé d'un "train usine" long de 750 mètres. Au fur et à mesure de sa progression sur le chemin de fer, il extrait le ballast usagé et les anciennes traverses en bois, après quoi un nouveau ballast et des traverses en béton sont posées.

"Cette année, notre chantier fait 44 kilomètres", explique Richard Lopez, dirigeant SNCF de l'unité opérationnelle travaux. "Notre record de rendement est de 1080 mètres en une nuit, mais en moyenne, on effectue environ 550 mètres par nuit."

Chaque jour, les travaux mobilisent 350 personnes. Sur la portion entre Pasilly et Lacour d'Arcenay, ils représentent un investissement de 63 millions d'euros pour la SNCF. Au total, le coût du projet de rénovation en Bourgogne-Franche-Comté est estimé à 305 millions d'euros. Une dépense importante mais nécessaire, selon Jérôme Grand, Directeur Territorial de SNCF Réseau en Bourgogne-Franche-Comté.

"La LGV Paris-Lyon est aujourd'hui la plus empruntée d'Europe", indique-t-il."En moyenne, 240 trains l'utilisent chaque jour dans les deux sens. Forcément, ça nécessite de l'entretien. Le problème étant que la rénovation des voies existantes est longtemps passée au second plan, au profit de l'agrandissement du réseau. C'est pourquoi ce chantier est important."

Selon lui, la rénovation de l'ensemble du réseau ferré pourrait s'étendre sur au moins 10 ans.