Bourgogne-Franche-Comté : davantage de communes concernées par les aides pour installer un médecin

L’ARS (Agence régionale de santé) a annoncé jeudi 7 décembre qu'elle élargissait les zones éligibles aux aides au maintien ou à l’installation de médecins. Ces territoires concernent désormais 68 % de la population de la région. 

Par C.R.

Pourquoi la carte évolue-t-elle ?

Parce que le plan que le gouvernement a présenté en octobre dernier pour attribuer les aides à l'installation et au maintien des généralistes, prévoit "un nouveau zonage des territoires en tension."


► Selon le communiqué publié par l'ARS le 7 décembre 2017, "les zones éligibles aux aides prioritaires (en rose sur la carte) représentent près de 22 % de la population en Bourgogne-Franche-Comté, contre 12 % jusqu’à présent. 

S’y ajoutent des zones qualifiées de zones d’action complémentaire (en rose clair), représentant près de 46 % de la population régionale. Ce sont des secteurs moins fragiles, qui bénéficient de dispositifs d’aides mis en oeuvre par l’Etat.

Au total, près de 68 % de la population de la région vit désormais sur un territoire éligible à des aides au maintien ou à l’installation de médecins.

Les zones telles qu'elles sont désormais définies par l'ARS :

 


Comment ces zones sont-elles définies ?

La méthodologie utilisée tient compte du nombre de consultations accessibles par an, par habitant, ainsi que de l’activité de chaque praticien,

► "L’ARS a également pris en compte : la façon dont s’organise réellement le recours aux médecins généralistes sur le territoire, les départs en retraite possibles de médecins généralistes à 5 ans, le taux de renouvellement « naturel » de chaque territoire en médecins généralistes." Ce zonage sera réévalué chaque année.


 

Bourgogne Franche-Comté : davantage de communes concernées par les aides pour installer un médecin
L'Agence régionale de santé a élargi les zones éligibles aux aides à l'installation de médecins. La Bourgogne-Franche-Comté est particulièrement concernée, car les zones où il n’y a pas assez de médecins sont plus nombreuses qu'avant. - Fabienne Accosta

 

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Place aux garçons aujourd'hui au Grand Bornand seule manche française de la coupe du monde de biathlon

Près de chez vous

Les + Lus