Ligne Paris-Dijon-Lyon : 48 nouveaux TER sur les rails

Terminées les vieilles voitures "Corail", place aux trains "Régiolis", fabriqués par Alstom. La SNCF met progressivement en circulation ces nouveaux trains régionaux notamment sur la ligne TER Paris-Dijon-Lyon. La Bourgogne est l'une des dernières régions à faire circuler les historiques rames "Corail".

"Je suis surprise ! Par rapport au TGV que j'ai pris la semaine dernière, ici on est beaucoup plus à l’aise." Du côté des voyageurs, les premières impressions sont sans équivoque. Plus confortables, plus modernes, il faut dire que l'aménagement intérieur des "Régiolis", ces trains régionaux, a été entièrement repensé : "Vous avez des sièges avec des liseuses. Nous avons pensé à donner aux voyageurs des informations conjoncturelles en temps réel grâce à des écrans", explique Nabil Djaafer, directeur des relations territoriales SNCF en Bourgogne-Franche-Comté.

Le confort c'est bien mais je préférerais qu'il y ait plus de ponctualité(...) quand les gens le prennent professionnellement c'est un peu un problème.

Une voyageuse après l'annonce d'un retard de 20 minutes du train

Les rames sont également équipées d'une vingtaine de caméras de vidéo-surveillance. Il faut dire que l'axe Paris-Dijon-Lyon représente près de 60% du trafic régional de voyageurs en Bourgogne-France-Comté.

Plus de 1000 passagers par train

Ces rames plus modernes peuvent accueillir davantage de passagers et des cellules sont capables de réaliser un comptage :"on peut accueillir jusqu'à 1050 personnes si le besoin s'en fait sentir.", précise Nabil Djaafer. Contre 800 auparavant.

En France, la Bourgogne était une des dernières régions à exploiter les anciennes rames des années 80. Mais pour faire circuler ces nouveaux trains, il a aussi fallu former les conducteurs car la cabine a été entièrement redessinée. Nicolas Gérard, est conducteur de trains depuis 23 ans et semble satisfait par l'ergonomie du poste de conduite : "historiquement, il n'y a plus rien qui est à sa place. Le cerclo a disparu, cette espèce de volant permettait au conducteur de gérer la vitesse. Là on a un manipulateur, en avant on accélère, en arrière on freine." La vitesse maximale du train est de 160 km/h.

458 millions d'euros d'investissement 

Au total le parc matériel en Bourgogne-Franche-Comté compte désormais 48 rames Régiolis. Le coût total de l'investissement pour la région représente 468 millions d'euros pour 24 rames avec 6 caisses (NDLR : voiture) et 24 rames avec 4 caisses. Les premières mises en circulation des trains Régiolis ont débuté en 2020 en Franche-Comté.

Avec Romain Michelot et Christophe Gaillard