Brexit : ces conseillers municipaux britanniques qui vont devoir quitter malgré eux leur mandat

Publié le Mis à jour le
Écrit par M. F.

Le Brexit a des conséquences directes sur la composition des conseils municipaux de certaines communes de Bourgogne-Franche-Comté. Les conseillers municipaux de nationalité britannique ne pourront plus siéger après les prochaines élections municipales.

Pour voter aux élections municipales, il faut bien sûr être inscrit sur les listes électorales et être soit de nationalité française, soit de la nationalité d'un pays membre de l'Union européenne.

Avec le départ du Royaume-Uni de l'UE au 31 janvier 2020, les Britanniques qui habitent en France ne sont donc plus électeurs aux municipales. Et logiquement, ils ne sont plus éligibles à ces mêmes élections.

En Bourgogne-Franche-Comté, trente communes sont concernées, on y compte au moins un conseiller municipal britannique. Ces élus anglais vont pouvoir terminer leur mandat, mais ne pourront pas se présenter aux élections des 15 et 22 mars prochain.
En bleu, les communes où siégeait jusqu'ici au moins un conseiller municipal de nationalité britannique.

Steve Lytton était jusqu'ici conseiller municipal à Arcy-sur-Cure, dans l'Yonne. Cet homme passionné par son village va devoir renoncer à ses fonctions qu'il occupait depuis six ans.

"Maintenant, on n'a plus un statut pour pouvoir intervenir. J'ai plein d'idées comme beaucoup d'autres étrangers qui viennent s'intégrer. Et il me semble que je n'aurai plus la possibilité de faire ça", confie-t-il amer.

Pour Steve, c'est la double peine : il n'est plus européen, et ne pourra plus voter. Un sentiment d'injustice, pour celui qui paye ses impôts en France depuis quinze ans.

"Au XVIIIe siècle, les Américains ont utilisé l'expression 'pas de taxation sans représentation'. Moi je continue à payer avec ma femme. En fait, on devrait avoir le droit de voter. C'est fondamental !"
 

"C'est compliqué de retrouver du monde"

Dans le village de Fulvy (Yonne), Annabella Ware va elle aussi devoir renoncer à une partie de ses droits. Cette ancienne journaliste de la BBC a été élue au conseil municipal en 2014, un moment qu'elle n'est pas prête d'oublier.

"Il y a des familles très anciennes à Fulvy qui sont ici depuis des générations. Qu'ils aient voté pour une nouvelle anglaise qui est arrivée au conseil municipal, c'est pour moi un honneur", explique-t-elle.

Aujourd'hui. Annabella est désormais rayée des listes électorales. Pour la petite commune, c'est loin d'être une bonne nouvelle. "Quand on a des personnes comme Annabella qui sont investies et qui se bougent, c'est compliqué de retrouver du monde. Quand on a 110 ou 130 habitants, trouver des personnes pour faire des listes, ce n'est pas facile", déplore Agnès Bellec, secrétaire de mairie à Fulvy.

Malgré les conséquences du Brexit, Annabella et Steve ne comptent pas baisser les bras. Ils continueront à s'investir pour leur village, à leur manière.
 
Brexit : ces conseillers municipaux britanniques qui vont devoir quitter malgré eux leur mandat