Cet article date de plus de 3 ans

Center Parcs : la caravane des opposants fait escale dans la forêt du Rousset

Les opposants aux différents projets de Center Parcs français organisent une caravane de protestation itinérante dite NiNa (Ni Ici, Ni Ailleurs). Ils étaient une cinquantaine hier dans la forêt du Rousset, en Saône-et-Loire.
Carte mobilisation Center Parcs
Carte mobilisation Center Parcs © France 3 Bourgogne
Pas question de détruire la forêt du Rousset, en Saône-et-Loire, pour construire des bungalows et une bulle d'eau tropicale à 28°C toute l'année.
C'est le message qu'une cinquantaine d'opposants au projet a voulu faire passer ce dimanche 22 avril 2018.
Ils se sont réunis sur les lieux choisis pour implanter ce centre d'hébergement et de loisirs, à deux pas du lac du Rousset.

Cette présence se voulait symbolique mais c'était également l'occasion de sensibiliser les promeneurs aux enjeux environnementaux liés à cet aménagement.

Rencontre avec les opposants aux projets de Center Parcs
Rencontre avec les opposants aux projets de Center Parcs © France 3 Bourgogne


Entre représentation théâtrale, discussions et pique-nique, cette caravane dite NiNa (Ni Ici Ni Ailleurs) fait le tour de l'Est de la France pour alerter sur ces projets de Center Parcs (Poligny, Le Rousset, Roybon). Cette itinérance s'achèvera le 28 avril à Roybon.

Les opposants considèrent que le coût écologique de tels projets est très élevé : frais de chauffage, détournement de cours d'eau, impact sur des zones humides...
Parmi les personnes mobilisées ce dimanche, on pouvait rencontrer des habitants de Saône-et-Loire directement concernés par le projet de Center Parc du Rousset-Marizy mais également des militants mobilisés contre d'autres projets de Center Parcs.

Un reportage de Damien Boutillet, Anthony Borlot et Chantal Gavignet
Avec plusieurs opposants aux projets de Center Parcs dont Castor (membre du collectif Nina) et Martine


Parmi les autres projets, le Center Parc de Roybon en Isère suscite une intense mobilisation.
Une ZAD (Zone à Défendre) est née dans la forêt de Chambaran car le projet de construction de 1 000 bungalows menace 250 hectares de forêt dont une zone humide de 120 hectares.

Selon les opposants, une telle infrastructure consommerait 1 million de litres d'eau par jour. 


Les habitants du Rousset-Marizy ne partagent pas tous les inquiétudes des militants écologistes.
Au contraire, pour certains, comme pour la restauratrice de la commune, la promesse de la création de 300 emplois est une priorité.

Un reportage de Maxime Bayce, Gabriel Talon et Patrick Jouanin 
Avec plusieurs habitants du Rousset-Marizy dont Guy Di Guetto, retraité




 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
projet center parcs société écologie environnement