Chagny : l'usine de biométhanisation est un exemple à suivre selon le Président de la République

usine de biogaz de Chagny couplée à la tuilerie Terreal / © France 3 Bourgogne
usine de biogaz de Chagny couplée à la tuilerie Terreal / © France 3 Bourgogne

En présentant ses projets pour la gestion des ressources énergétiques françaises, Emmanuel Macron a vanté les mérites des usines de biométhane. La plus grande de France se trouve à Chagny, en Saône-et-Loire.

Par Tiphaine Pfeiffer

Chaque année, 73 000 tonnes de déchets ménagés entrent ici.
L'usine de biogaz de Chagny en Saône-et-Loire est la plus grande de France.


Le principe est simple : les végétaux injectés dans le système permettent de produire du biométhane. 
Ils proviennent soit de déchets ménagers, soit de la filière forestière.

Le gaz produit représente l'équivalent de la consommation d'environ 2500 foyers qui se chaufferaient au gaz

Cette énergie "propre", produite en circuit-court, peine à se développer en France.
Seuls 70 sites de méthanisation sont raccordés aux réseaux gaziers et injectent du gaz renouvelable ce qui ne représente que 0,2% du gaz consommé actuellement.
Le site de Chagny fut le premier à être raccordé à un réseau de gaz urbain en 2015.


Alimenter la tuilerie Terréal voisine

L'entreprise voisine, Terreal, est une tuilerie.
Pour fabriquer ses tuiles en céramique, elle les cuit dans des fours géants (entre 850 et 1150 °c) et utilise beaucoup de gaz natuel.

Terréal et l'usine de méthanisation de Chagny ont conclu un contrat en 2015 afin de permettre à la tuilerie d'utiliser le gaz biométhane.

Grâce au projet ECOCEA (usine de tri-méthanisation-compostage de Chagny), l’usine Terréal est la première tuilerie au monde à utiliser les ordures ménagères des villes environnantes pour réduire sa consommation en énergies fossiles de 25%.

L'usage du gaz biométhane permet de réduire l'empreinte carbone de 2800 tonnes de CO2 par an.
 
usine méthanisation Chagny / © France 3 Bourgogne
usine méthanisation Chagny / © France 3 Bourgogne
 

Une généralisation prometteuse

En présentant la programmation plurianuelle de l'énergi (PPE), mardi 27 novembre 2018, le président de la République, Emmanuel Macron, a vanté ce système et prôné le développement des sites de méthanisation et l'utilisation de biogaz dans les transports collectifs.

L’objectif de 10% en 2030 a été annoncé et l'usine de Chagny espère servir de modèle.

L'ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) souligne également le potentiel de ce système qui pourrait être une source de revenus complémentaires pour les agriculteurs.
En effet, la méthanisation agricole permet de produire de la chaleur pour chauffer les habitations, de l’électricité qui peut être revendue et de l'engrais naturel à partir de déchets (des effluents d’élevage principalement).

De petites unités de méthanisation agricoles se sont installées, dans l'Yonne depuis 2012. Même l'Abbaye de la Pierre qui vire a fait le pari de cette énergie renouvelable.
 



L'ADEME préconise l'installations de 1400 sites raccordés au réseau en 2030.
Cela représenterait les besoins en chauffage de plus de 2 millions et demi de ménages et les besoins en carburant de près de 200.000 camions.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus