Château de Rochefort : le long combat d'une association pour préserver le château et son histoire

Situé à Asnières-en-Montagne (Côte-d'Or), le château de Rochefort a été racheté en 2017 par une association de passionnés. Leur but ? Redonner une sécurité et préserver un édifice en péril. Mais la tâche n'est pas aisée. 

Château de Rochefort - Asnières-en-Montagne
Château de Rochefort - Asnières-en-Montagne © Les clés de Rochefort
C'est leur " tas de cailloux " et ils se battent pour luiÀ Asnières-en-Montagne, le chateau de Rochefort n'est pas le lieu le plus connu. Perdu au milieu de la forêt et des arbres, le chateau s'est retrouvé abandonné pendant près de 250 ans.

Un abandon qui a provoqué de nombreux dégâts, au point de réduire la demeure, pourtant classée au titre des Monuments Historiques en 1974, en un immense tas de ruines. 
 

Depuis 2002, l'association Les clefs de Rochefort tente de sauver ce château. Elle en devient propriétaire en 2017, l'achetant pour un euro symbolique à la famille De la Guiche.

Depuis, elle se bat pour obtenir des fonds afin de financer les nombreux travaux. Tout - ou presque - est à refaire. Une levée de fonds avait eu lieu en 2015. Puis le château avait été l'un des premiers bénéficiaires de la Mission Bern
  

De très lourds travaux pour sauver l'édifice

De par son histoire passée (voir plus bas), le château se compose de deux parties distinctes. D'une part, " les communs " qui se composent de plusieurs salles et divers espaces. Il s'agit de la partie la moins accidentée. D'autre part, le logis seigneurial. Cette partie est classée en tant que ruine et ne permet donc pas de restauration d'ampleur. Elle pourra néanmoins être " cristallisée " .

Pour l'heure, les travaux concernent le sauvetage, la regénération structurelle et la restauration des toitures du massif d'entrée. Des travaux confiés à des entreprises locales et financés par l'État via la Direction Régionale des Affaires Culturelles, le Conseil Régional, la Fondation du Patrimoine et la Mission Bern.

Pour les membres de l'association, la priorité de ces rénovations est redonner une sécurité au château et empêcher qu'il ne continue à se dégrader. Le monument présente un état de péril imminent en raison de la prolifération de la végétation sur les maçonneries, de l’effondrement des toitures du châtelet d’entrée et de la dislocation des maçonneries. La charpente en chêne a fait l'objet d'importants travaux.

Dans un second temps, c'est le logis seigneurial qui aura droit à des rénovations. Patrick Giraudeau, le président de l'association " les clefs de Rochefort explique : " On va restaurer le logis seigneurial car des endroits sont en danger. Mais on ne refera pas tel qu'il aurait dû être puisqu'il est classé comme ruine et qu'on a aucun document précis et fidèle du château avant " . 


Une histoire longue de dix siècles

L'histoire du château remonte probablement au XIIème siècle. Aucune archive ne permet de l'affirmer officiellement. À l'époque, c'est un château-fort, qui voit le jour dans une situation géographique stratégique : à la frontière de la Bourgogne, de la Champagne et du Nivernais. 

Trois siècles plus tard, Jacques Coictier, chambellan de Louis XI, édifie un logis noble, une sorte d'hotel particulier au sein du château. Au XVIIème siècle, le château est acquis par Denis Languet, procureur au parlement de Dijon. De nouveaux travaux sont effectués, on construit probablement le corps de logis du massif d’entrée, la terrasse haute et le mur de soutènement " à niches " . L'édifice adopte définitivement un style renaissance. 

Par la suite, il est racheté par la famille de La Guiche, propriétaire jusqu’en 2017. Au courant des XVIII et XIXème siècles, le château est progressivement vidé, vendu par bribes du sol au plafond. N'en restent alors plus que les murs. 



Découvrez le château avec Patrick Giraudeau, président de l'association " les clefs de Rochefort " :

 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture journées du patrimoine sorties et loisirs