Examens 2018
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Des chercheurs de l’Université de Bourgogne veulent révolutionner le dessalement de l’eau de mer

Image d'illustration / © Pixabay
Image d'illustration / © Pixabay

Deux enseignants-chercheurs du laboratoire interdisciplinaire Carnot de Bourgogne ont été publiés par la revue scientifique Nano Letters. L’objet de leur publication ? Ils développent un outil pour dessaler l’eau de mer.

Par Valentin Chatelier

2,1 milliards de personnes n’ont pas accès à de l’eau potable salubre à leur domicile. C’est le constat partagé par l’Unicef en 2017. La surface de la Terre est pourtant recouverte à plus de 70 d’eau. Problème : l’immense majorité de cette eau est salée. Et aujourd’hui, le processus de dessalement de l’eau de mer est coûteux.

Adrien Nicolaï et Patrick Senet travaillent actuellement sur une méthode pour rendre ce dessalement plus efficace. Ces deux enseignants-chercheurs du laboratoire interdisciplinaire Carnot de Bourgogne, rattaché au CNRS et à l’Université de Bourgogne, ont publié dans la revue scientifique Nano Letters.

Reportage avec : Adrien Nicolaï, maître de conférence Physique appliquée aux protéines - Université de Bourgogne
                            Professeur Patrick Senet, physicien - Université de Bourgogne
                            Didier Rebeix, responsable du centre de calcul - Université de Bourgogne

Comment dessaler l'eau de mer...
Deux enseignants-chercheurs du laboratoire interdisciplinaire Carnot de Bourgogne, rattaché à l'Université de Bourgogne à Dijon, ont fait une découverte pour dessaler l'eau de mer. - Quentin Cézard, François Latour

Des expériences aux Etats-Unis


Leur méthode s’assimile à une passoire. L’eau de mer passe à travers des membranes filtrantes, qui retiennent le sel présent. Des expériences ont été menées aux Etats-Unis, s'appuyant sur des simulations numériques et une modélisation du phénomène.

Mais problème : selon les chercheurs, cette méthode de dessalement fonctionne à très petite échelle. Leur défi est donc désormais de l’appliquer à plus grande échelle.

A lire aussi

Sur le même sujet

Prévention de l'obésité dans l'Yonne

Les + Lus