Ma thèse en 180 secondes : la victoire de Karen Rihani, doctorante à l'université de Bourgogne

Faire un exposé de son projet de recherche en trois minutes : c’est le principe du concours Ma thèse en 180 secondes. Karen Rihani, doctorante à l'université de Bourgogne et à l'INRA, a remporté la finale régionale et s’est qualifiée pour la demi-finale nationale.

Dix doctorants de l'université Bourgogne-Franche-Comté ont participé à la finale régionale du concours "Ma thèse en 180 secondes" (MT180) qui a eu lieu lundi 19 mars 2018 à Besançon.

Les candidats avaient trois minutes pour expliquer avec des mots simples le sujet de leurs recherches.
Ils devaient convaincre le public ainsi qu’un jury.

Karen Rihani, doctorante en biologie à l'université de Bourgogne et chercheuse en comportement animal à l'INRA, est arrivée en tête.
Avec d’autres chercheurs du Centre des Sciences du Goût et de l'Alimentation, elle travaille sur l'odorat et le goût en étudiant notamment le comportement des Drosophiles, de toutes petites mouches qui parviennent à différencier les odeurs et les goûts. Avec quelles parties de leur corps ces mouches, qui n’ont pas de nez, parviennent-elles à détecter les odeurs ? Cela fait partie des questions sur lesquelles Karen Rihani travaille. Sa prestation a séduit tout le monde, puisque la doctorante a remporté le Prix du Jury, le Prix du Public et le Prix des Lycéens.




Le 2e Prix du public a été attribué à Lucille Despres, doctorante à l'UTBM (Université de technologie de Belfort-Montbéliard). Elle participera avec Karen Rihani à la demi-finale nationale en avril où elles représenteront la Bourgogne–Franche-Comté.