Chloé Valentini, handballeuse du Doubs et championne olympique aux Jeux de Tokyo, dans votre 19/20 en Franche-Comté

Ce mardi 10 août, Chloé Valentini est invitée du 19/20 en Franche-Comté. Après sa victoire avec l'équipe de France féminine de Handball à Tokyo, la championne olympique est retour dans le Doubs. L'ancienne joueuse de Morteau et de Besançon fait un saut sur notre plateau, avant son départ pour Metz.

Après les Jeux Olympiques de Tokyo, la voici de retour dans le Doubs ! Chloé Valentini revient dans son département, une médaille d'or en plus. La handballeuse de Morteau (Doubs) a remporté le titre olympique, le 8 août, avec ses coéquipières. Une consécration pour celle qui a évolué au sein de l'équipe bisontine de handball (l'ESBF), en tant qu'ailière gauche. Avant son départ pour Metz, la championne olympique nous a rendu visite à Besançon, ce 10 août. 

De Besançon à Tokyo puis Metz

Auréolée de sa médaille d'or, la sportive de 26 ans n'oublie pas les clubs qui l'ont amenée à la récompense suprême. "L'ESBF occupe une place importante dans mon coeur : j'y ai passé 10 ans. Sans oublier que j'ai commencé le handball à Morteau, où j'ai aussi passé 10 ans. Je veux juste remercier les entraîneurs qui m'ont entraînée toutes ces années", se souvient Chloé Valentini. 

Pour la handballeuse du Doubs, ce titre a une saveur particulière. Il s'agit de son premier titre olympique, un titre remporté de haute lutte avec ses coéquipières. Difficile forcément de prendre la mesure de cette performance, quelques jours après leur sacre du dimanche 8 août : "Je ne me rends même pas compte, ça fait trois jours que nous avons joué, nous sommes rentrées hier, mais je ne réalise toujours pas". 

Tout au long de son parcours, elle a pu compter sur le soutien de ses proches, mais aussi des fans de l'équipe de France : "On a reçu beaucoup de messages de nos familles, des fans, des gens de Besançon. C'est aussi grâce à eux qu'on a réussi tout ça". 

La handballeuse est à l'origine de quatre buts et d'une interception décisive, lors de la finale olympique contre la Russie. C'est le fruit de certains efforts.

"Mon papa est un peu dur, il est vrai. Il me félicite rarement, mais mes parents ont toujours été derrière moi à me suivre. Ils sont venus voir des matchs au Danemark, ils ont fait à Brest la finale (NDLR : pour la Ligue des Champions). Ils viennent vraiment partout, et pendant ces JO, j'ai surtout été avec ma soeur. Pour moi, c'est très important : elle m'encourage toujours et je sais qu'elle est fière de moi", nous confie la nouvelle championne olympique. 

Après les Jeux Olympiques, se profile un autre défi. La Bisontine va bientôt devenir Messine : elle rejoint à la rentrée le club de Metz. Ironie du sort, le premier match qu'elle doit disputer se joue contre l'ESBF, son précédent club.

"Çe sera le premier match sous un autre maillot : ça va faire bizarre. Pour l'heure, je ne pense pas encore à cette prochaine rencontre, je rentre tout juste de deux mois de préparation et de deux semaines de compétition. J'ai envie de me reposer et je suis très contente d'accueillir l'ESBF pour mon premier match que je vais jouer avec Metz", dit l'ancienne joueuse Bisontine. 

Un nouveau défi qu'elle devra mener de pair avec le Mondial féminin de handball. Il se tient à partir de début décembre, en Espagne : "J'ai envie d'y être, parce que ce sont de trop bonnes émotions. Je ferai tout pour : on verra, ce n'est pas moi qui en décide". 

Parcours sinueux mais victorieux pour l'équipe de France 

Les "Expertes" ont du faire face à la Hongrie, au début des Jeux. Pour cette entrée en matière, le 25 juillet dernier, la victoire s'est jouée à un point près. Le score final : 30-29.

La formation tricolore a ensuite un peu inquiété ses fans. Lors des phases de poules, la formation d'Olivier Krumbholz est défaite par l'Espagne puis la Russie. Entre-temps, une première confrontation contre la Suède se solde par un match nul, 28 à 28.

Les Tricolores retrouvent ensuite la voie du succès. Elles gagnent leur ticket pour les quarts de finale, après un match contre le Brésil. C'était le 2 août dernier : les Françaises s'en sortent 29 à 22. Le 4 août, elles viennent à bout des Pays-Bas (32 à 22).

Deux jours plus tard, pour la demi-finale, les joueuses Suédoises testent de nouveau la puissance française. Bien essayé : les "Expertes" sortent ici encore gagnantes, 29 à 27.

Ce qui leur ouvre les portes de la finale, le 8 août. Elles retrouvent leur redoutable adversaire de poule : la Russie. La suite, on la connaît : la France remporte le match, 30 à 25. Les Françaises peuvent alors ramener une 33ème médaille à la maison. Un titre olympique mérité, avant les prochaines compétitions à venir. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
esbf handball handball sport jeux olympiques